Léman Bleu

Actualités


10 janvier 2019 - 18h45

Action spontanée des taxis à l'aéroport

Les taxi et VTC genevois ont mené une action spontanée, ce matin à l’Aéroport de Genève.La raison de leur grogne : le cabotage. Des véhicules immatriculés à l’étrangers, non autorisés, proposant aux touristes fraîchement débarqués des courses à des prix défiant toute concurrence. Incapable de rivaliser, les taxis Genevois se disent lésés et veulent plus de contrôle.

Les taxis sont présents en nombre aujourd’hui, à l’Aéroport de Genève. Jusqu’ici rien d’anormal, sauf que depuis 7h du matin, ils sont immobiles. Et ils n’ont pas prévu de bouger. 

Des prix cassés sont proposés par ces véhicules étrangers pour des courses similaires aux taxis. Impossible pour eux de rivaliser. Les clients partent sous leur nez.

Zaher est chauffeur de taxis depuis 25 ans. Il connaît les parades de ces utilitaires. Seulement, ici, cette activité n’est pas pour autant illégale. Si le véhicule est membre d’un pays d’Europe, une simple autorisation gratuite lui permet de travailler sur le sol helvétique durant un nombre de jours défini. En revanche, ils ne paient pas de taxes et de charges comme les taxis genevois.

Notamment 1francs 50 pour l’accès au parking des arrivées de l’Aéroport. Cette action spontanée symbolise la goutte de trop pour les taxis genevois qui ont cessé toute activité et bloqué la zone de prise en charge des touristes fraichement débarqués. Laissant ces derniers s’orienter vers d’autres alternatives.  

Taxis et VTC homologués souhaitent plus d’égalité vis-à-vis des taxes et une instance de surveillance plus stricte.

De son côté Genève Aéroport dit ne pas avoir la mainmise sur les questions de cabotage. Des discussions devraient avoir lieu prochainement.

Julie Zaugg

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.