Léman Bleu

Actualités


15 avril 2020 - 18h36

COVID-19: L’immunité de la population encore faible

Les premiers tests sérologiques ont commencé dans plusieurs pays d’Europe. En France et en Suisse notamment, l’immunité globale de la population contre le coronavirus semble encore très faible. C'est ce que confirme le professeur Michel Kazatchkine, immunologiste et directeur de cours à l’IHEID. Selon les informations qu’il a reçu de plusieurs pays européens, seulement environ 10% de la population aurait été en contact avec le virus. Pour le professeur, ce chiffre confirme que les mesures de confinement ont été efficaces. Mais la stratégie des prochains mois devra changer: il faudra miser sur la détection des personnes infectées, le traçage de leurs contacts et la mise en confinement de ces personnes potentiellement infectées. «C’est une stratégie que l’on aurait voulu avoir au début de l’épidémie, comme cela a été fait notamment à Hong Kong. Mais elle n’a pas pu être mise en place car nous avons été débordés par la croissance de l’épidémie». Un confinement sélectif strict prôné par l’OMS comme standard à suivre.

 

Environ 18 mois pour un vaccin 

Si les tests virologiques, qui détectent l’infection, sont fiables, Michel Kazatchkine rappelle que les tests sérologiques, eux, ne sont pas encore tout à fait au point et qu’aucun d’entre eux n’a encore été validé par l’OMS. Au niveau des traitements, beaucoup de tests sont effectués partout sur la planète mais aucun d’entre eux n’a encore fait preuve de son efficacité. «J’espère que nous aurons des pistes sur les médicaments testés dans les prochaines semaines», indique le professeur. Enfin, pour le vaccin contre le COVID-19, il faudra attendre: «Nous l’aurons, je suis optimiste. Mais il y a un temps incompressible au développement d’un vaccin. Il faudra environ 18 mois avant de pouvoir l’administrer.»

En attendant, «nous devrons vivre avec le virus et avec des inconnues», affirme l’immunologiste. L’épidémie devrait ralentir ces prochaines semaines, grâce au confinement et aux températures qui vont grimper: «Les virus respiratoires prennent des vacances pendant l’été», sourit Michel Kazatchkine. Mais en attendant, il faudra continuer la distanciation sociale et continuer à tester et confiner les personnes infectées. Tout cela jusqu’à que l’immunité de la population soit suffisante ou qu’un vaccin soit mis en distribution.

 

Une gestion d'urgence chaotique des états

Rien qu’en Europe, les stratégies mises en place par les états varient beaucoup. Le professeur le rappelle, alors que l’Italie a opté pour des mesures strictes, la Suède se démarque par ses bars et restaurants toujours ouverts. La souveraineté des pays européens sur la gestion de la crise sanitaire n’est pas une bonne stratégie selon Michel Kazatchkine. Le professeur espère que, dans les prochains mois, les pays harmoniseront leurs mesures afin de lutter au mieux contre la pandémie. 

 

Léa Frischknecht 

News liées

Vidéos liées

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.