Léman Bleu

Actualités


05 juin 2020 - 18h53

Carl-Vogt se piétonnise temporairement contre le covid

Surprise ce matin pour les riverains du bout de la rue Carl-Vogt. Devant leurs enseignes, bon nombre de places de stationnement ont été supprimées pour laisser plus d’espace aux piétons. Si la mesure reste provisoire pour permettre d’aérer les lieux en période de COVID, les commerçants ont été peu informés des changements et l’incompréhension règne.

Devant le magasin vintage Fleur d’oranger, à l’extrémité du Boulevard Carl-Vogt, trois places de stationnement ont disparu au profit d’une seule. Pour son gérant, c’est une mauvaise surprise découverte ce matin. «Personne ne nous avais prévenu. Ça ralenti pas mal la circulation, les gens font demi-tour et ça klaxonne beaucoup.» Même constat pour Philippe, un habitant du quartier, surpris par le changement. «C’est aberrant, j’ai dû parquer ma voiture loin de chez moi.»

Vingt places de stationnement en moins, mais temporairement

Cette partie du Boulevard Carl-Vogt a été transformé en zone 20. Vingt places voitures ont été supprimées et cinq deux-roues ont vu le jour. Mais si elle peut surprendre, cette métamorphose est provisoire ; elle est prévue pour 60 jours. Car elle s’inscrit dans une volonté de la Ville et du Canton de faciliter le déplacement des piétons en période de Covid. «L’idée, c’est de permettre aux piétons de se croiser plus facilement, et de respecter les distances lorsque des queues se forment devant les commerces», explique Nicolas Betty, chef du Service de l’Aménagement, du Génie Civil et de la Mobilité (AGCM) pour la ville de Genève.  

Sauf que sur la dizaine de commerces riverains interrogés, un seul était au courant de la démarche : Daniel Sormanni, gérant d’un magasin de fleurs un peu plus haut sur le boulevard, mais aussi conseiller municipal MCG. «Ce ne sont pas des méthodes. Transformer un lieu en zone 20 sans même en avertir les principaux concernés, à savoir les commerçant», s’exclame-t-il. 

Un manque d’information pour les riverains

L’information a été relayée uniquement par un communiqué de presse et n’est donc pas parvenue à toutes les oreilles. «Nous avons agis très vite et n’avons pas fait de porte à porte», explique Nicolas Betty.

Les changements concernent pourtant les restaurateurs riverains. Puisque sur ces nouveaux emplacements libres, ils peuvent faire la demande d’élargir temporairement leur terrasse pour aider au respect des distance dans leur établissement. Mais pour certains, le manque à gagner est jugé trop important.  «Il n’y a plus de places pour se garer, donc plus de clients», regrette ce gérant de Kebab.  

Une dizaine de rues concernées

Mais si ce matin, au Boulevard Carl-Vogt, l’interrogation était sur toutes les lèvres, certains sont satisfaits. «Avant, lorsque trois voiture se garaient ici devant, nous n’avions plus de place pour passer et ça cachait notre vitrine, c’est bien mieux maintenant», explique cet employé du kiosque de quartier satisfait.  

Une dizaines d’autres rues genevoises sont concernées par ce réaménagement temporaire. En tout, 117 places horodateurs et cinq places bleues ont été temporairement supprimées. 80 places vélos ont quant à elles vu le jour.

Lea Job 

News liées

Vidéos liées

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.