Léman Bleu

Actualités


20 août 2020 - 17h21

Des panneaux de chantier comme toile

A la tombée de la nuit, David Mattias s’improvise poète dans les rues de Genève. Aujourd’hui, il n’écrit plus que sur des panneaux de chantiers, voués à la destruction. «Au départ, j’écrivais sur des bâtiments, mais je me suis vite remis en question car je me suis rendu compte que ce n’était pas respectueux», regrette l’artiste.  «Écrire ces phrases, c’est un peu un appel à l’aide». 

Des phrases pour raconter sa vie

Même s’il le fait sans autorisation, David Mattias n’a pas eu d’ennui avec les autorités, une fois la police l’a interpellé sans savoir trop que faire. «Il ne savait pas trop si c’était de l’art ou de la dégradation. Au final, ils m’ont laissé partir.»

Chacune des phrases, David Mattias les choisis. Et ici, sur le Boulevard des philosophes, il expose celles qui s’inspirent de sa vie. Il y a un mois, il est tombé malade et c’est là qu’il a commencé à écrire sur les murs.

Lea Job

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.