Léman Bleu

Actualités


09 juillet 2020 - 16h43

En soutien au GSHC, les joueurs acceptent une baisse de salaire

C’est une première en Suisse: en pleine période de coronavirus, les joueurs du Genève-Servette Hockey Club ont accepté une baisse de salaire pour soutenir leur club. S’il ne souhaite pas s’exprimer sur les chiffres précis, Arnaud Jacquemet précise que la décision était assez unanime parmi les 25 joueurs. Le défenseur de 32 ans représentait les joueurs, avec son co-équipier Noah Rod, lors des discussions avec le conseil d’administration. Il l’admet, les discussions entre les membres de l’équipe ont pris un certain temps. «Il y avait beaucoup de détails à régler pour mettre tout le monde d’accord sur une solution. Quand on parle du porte-monnaie c’est toujours difficile.» Toutefois, les servettiens étaient tous motivés par l’envie de faire un geste pour soutenir le club. 

Une reprise encore floue

Car le GSHC, à l’image d’une majorité de clubs sportifs en Suisse, doit faire face à beaucoup d’incertitudes. Nul ne sait aujourd’hui quand reprendra la saison de hockey, ni si celle-ci pourra reprendre. Pour rappel, la saison précédente s’était brutalement arrêtée en mars dernier, juste avant le début des play-offs. Si Arnaud Jacquemet admet que la période a certainement été plus difficile pour d’autres secteurs, c’est toutefois l’annulation des playoffs qui a été le plus difficile à accepter. «C’était vraiment dur de ne pas aller en playoff alors qu’on s’était battu toute la saison pour les jouer. On était à quelques points de la première place, on aurait pu faire quelque chose de beau cette année.» Toutefois, le servettien y voit l’occasion pour l’équipe de faire encore mieux la saison suivante. Mais avant de re-chausser les patins, les joueurs peuvent désormais profiter de trois semaines de vacances. 

 

Léa Frischknecht

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.