Léman Bleu

Actualités


16 avril 2021 - 19h11

Enquêtes à la RTS : circulez, il n'y a rien à voir

SCHWEIZ FERNSEHEN RTS SCHWEIZ FERNSEHEN RTS

Les cas de harcèlement au sein de la RTS commis par deux collaborateurs sont confirmés par les enquêtes externes menées suite aux révélations du Temps. Darius Rochebin, lui, est blanchi. Ebranlés par cette crise, les directeurs généraux de la SSR et de la RTS restent en place.

Gilles Marchand, directeur général de la SSR et qui était à la tête de la RTS à l'époque des faits, a reconnu vendredi lors d'une conférence de presse en ligne qu'"une décision erronée avait été prise en 2014 concernant le périmètre de l'enquête à propos d'un cas de mobbing". Mais cela n'a pas été considéré comme une erreur grave dans l'évaluation de la chaîne de responsabilités, selon la SSR.

Le Conseil d'administration de la SSR lui réitère ainsi sa confiance. Il en fait de même avec le directeur de la RTS Pascal Crittin. Le président du Conseil d'administration de la SSR, Jean-Michel Cina, et les deux directeurs ont réitéré leurs excuses aux collaborateurs touchés. Ils regrettent que les personnes en souffrance n'aient pas été assez entendues. Il s'agit désormais de réinstaurer la confiance.

Fin octobre, Le Temps, suivi par d'autres médias, avait révélé des dysfonctionnements au sein de la RTS en épinglant trois collaborateurs, dont l'ex-présentateur Darius Rochebin. Le quotidien relatait des cas de harcèlement sexuel, de gestes déplacés et d'abus de pouvoir.

Départs

Les enquêtes externes menées suite à ces accusations ont conclu qu'il s'agissait, dans deux cas, d'actes qualifiés de harcèlement. Un des collaborateurs a quitté l'entreprise, l'autre a reçu une sanction formelle.

S'agissant de Darius Rochebin, aucun témoignage recueilli ne permet de conclure à des actes relevant de harcèlement sexuel ou psychologique, d'atteinte à la personnalité ou de quelconque infraction pénale. L'avocat de l'ex-star des écrans romands salue vendredi le sérieux de l'enquête qui permet, selon lui, de clarifier la situation.

Darius Rochebin avait immédiatement rejeté les accusations à son encontre et déposé dans la foulée une plainte pénale pour diffamation contre Le Temps, qui maintient vendredi l'intégralité du contenu de son enquête. Il avait rejoint la chaîne française LCI à la rentrée, mais il s'est retiré temporairement de l'antenne après la publication de l'enquête. LCI informera lundi sur un éventuel retour de Darius Rochebin à l'antenne.

Bernard Rappaz, rédacteur en chef de l'actualité TV, avait décidé de se mettre en retrait des tâches opérationnelles pendant l'enquête. Le journaliste quitte finalement l'entreprise. Un retour à son poste s'avérait peu réaliste, selon la RTS. Enfin, le directeur des RH quitte son poste pour laisser la place à une nouvelle équipe qui devra incarner le changement.

Pas de sanction

La ligne externe mise en place pour recueillir les témoignages des collaborateurs sur leur souffrance au travail a été activée par près de 220 personnes. En l'état, la RTS estime qu'il n'est pas nécessaire de lancer de nouvelles enquêtes disciplinaires.

L'enquête mandatée par le Conseil d'administration de la SSR sur la chaîne de responsabilités au sein de la RTS révèle "certaines insuffisances managériales" de la part de deux cadres qui n'ont pas agi de manière adéquate dans l'un des cas de harcèlement examinés. Selon les experts qui ont investigué, il n'y a toutefois pas de faute grave. Aucune sanction ne s'impose, selon la RTS.

Lacunes

Les experts externes ont aussi constaté que les instruments mis en place pour protéger les collaborateurs ont révélé des lacunes. Insistant sur la tolérance zéro en matière de harcèlement, le Conseil d'administration de la SSR veut notamment désigner des personnes de confiance au sein de chaque unité et créer un nouveau poste de médiateur.

Ursula Gut-Winterberger, membre du Conseil d'administration, exige un changement de paradigme au sein de l'entreprise. Tous les cadres devront suivre une formation sur le harcèlement et la façon de le traiter, a-t-elle indiqué. De son côté, la RTS, qui révise son dispositif de protection, annoncera des mesures concrètes d'ici juin.

"Pas réglé"

Le Syndicat des mass médias (SSM) craint que les décisions prises par le Conseil d'administration ne suffisent pas, à elles seules, à restaurer la confiance des employés dans la capacité de l'entreprise à traiter les problèmes de management sans concessions. Et de s'interroger sur les personnes qui devront incarner le changement culturel voulu.

"L'affaire n'est pas réglée", a pointé pour sa part la ministre de la communication Simonetta Sommaruga devant les médias. Un changement de culture est nécessaire et le directeur général doit le mettre en oeuvre, a-t-elle exigé.

« Nous sommes extrêmement déterminés à lutter contre toute forme d’abus de pouvoir »

Le directeur de la RTS, Pascal Crittin revient sur les trois rapports présentés aujourd’hui. Il veut notamment renforcer le dispositif d’alerte interne. Il en profite pour rappeler le départ des deux salariés concernés et souhaite rassurer sur les conclusions. « Il n’y a pas eu de problème managérial pour les autres personnes », explique-t-‘il. 

Concernant l’affaire Rochebin, Pascal Crittin assure que les témoignages concernant l’ex-présentateur du 19h30 ont été traités. « La confiance se construit jour après jour. Je suis assez confiant sur l’avenir, mais c’est un long processus » conclut le directeur de la RTS.

« Le problème, c’est que ces décisions qui sont proposées par le conseil d’administration comme une solution de sortie de crise ne suffiront pas à restaurer la confiance. »

Juste après l’interview de Pascal Crittin, Valérie Perrin, représentante du Syndicat suisse des mass media, était sur le plateau de Léman Bleu. « On a été témoins de déceptions et d'une relativement importante défiance », explique-t-elle. Comme dit plus haut, les quelque 220 témoignages recueillis sur la ligne externe concernant la souffrance au travail au sein de la RTS ne déboucheront pas sur de nouvelles enquêtes disciplinaires. 

Au sujet de l’affaire Rochebin, la problématique se porte sur le statut des actes. Mais en allant plus loin, selon Valérie Perrin, « le problème, c’est que ces décisions, qui sont proposées par le conseil d’administration comme une solution de sortie de crise, elles ne suffiront pas à restaurer la confiance. » Elle appelle la direction à changer la culture d’encadrement et de le démontrer. « Je pense que l’entreprise aurait tout intérêt à donner la parole à son personnel, en l’impliquant de manière très concrète. »

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.