Léman Bleu

Actualités


30 mai 2016 - 15h52

Genève centre Européen de formation chirurgicale

1200 mètres carré destinés à la formation des chirurgiens. 1200 mètres carré destinés à la formation des chirurgiens.

Par Denis Palma

« C’est un projet majestueux qui rassemble le sommet des HUG », explique avec une fierté non dissimulée le Professeur Pierre Hoffmeyer, responsable du Swiss foundation for
surgical training and innovation (SFSTI).

Et pour cause: Genève ambitionne de devenir leader européen en matière de formation et de recherche en chirurgie de pointe. Pour y arriver, les HUG misent sur une infrastructure High Tech installée au 7 et 8ème étage du bâtiment BatLab, soit un total de 1200 mètres carré.

Le centre sera doté d’un auditorium « connecté » et de salles de séminaires et conférences. Ses locaux ultra-modernes abriteront dix blocs destinés aux cours pratiques. Les enseignants, des professeurs de renommée mondiale, pourront y diriger des exercices sur des simulateurs et des robots dernières générations ainsi que sur des cobayes humains. « C’est un atout aujourd’hui unique en Europe », argumente Pierre Hoffmeyer. La SFSTI enseignera toutes les disciplines de la chirurgie.

La création de ce nouveau pôle marque une nouvelle étape pour les HUG. Plusieurs centres de formation de chirurgie de pointe ont successivement été créés depuis l’an 2000, à l’initiative du Professeur Philippe Morel, responsable de la chirurgie viscérale des HUG. « La nouvelle structure offre un développement supplémentaire à une structure déjà existante. Elle se construit sur des bases et une renommée solide », rappelle-t-il. 

Pour diriger l’institut, les HUG ont créé une fondation sur laquelle les hôpitaux universitaires gardent la main.  « Ce sera l’un des seuls instituts en Europe construits sur la base d’un partenariat public privé. Les investissements publics permettront d’asseoir la stabilité du centre. Les fonds privés, issus essentiellement de l’industrie médicale amèneront les instruments de pointe à moindre coût. »   

L’institut veut ainsi créer un cercle vertueux : Les robots et autres simulateurs derniers cri seront testés par les chirurgiens en formation. L’industrie médicale peut donc affiner la performance de ces produits et stimuler l’innovation. De leurs côtés, les chirurgiens peuvent se faire la main sur un matériel de pointe.

Les HUG prévoient d’inaugurer les locaux à l’automne 2017. L’investissement public avoisine les 20 millions de francs.