Léman Bleu

Actualités


26 avril 2020 - 18h33

Gérer le Covid pour les 2'200 apprentis genevois

Yürg est apprenti peintre en AFP. Il ne travaille plus depuis le début des règles de semi-confinement d'autant plus qu'il est asthmatique. Le responsable de l'entreprise complète: «Nous n'avons plus beaucoup de travail du fait de la fermeture des chantiers. Et il faut mettre seulement une ou deux personnes sur les chantiers pour le respect des mesures». 

Toute autre ambiance chez le géant orange. Les apprentis en gestion de commerce de détail ont pu poursuivre leur travail à l’identique. Les seuls changements sont les mesures d’hygiène à adopter. La part école, soit l’équivalent d’un jour et demi par semaine se fait à la maison. 

Le Conseil Fédéral l’a décidé, aucun examen théorique n’aura lieu pour les apprentis de Suisse. Les examens pratiques auront lieu pour certains, selon les branches. Pour ceux en gestion de commerce de détail, pas d’évaluation. «On va se baser sur les notes professionnelles qu'ils ont reçues» explique le responsable de la formation professionnelle Migros Martial Mancini. 

Pour l’apprenti en peinture, c’est un peu différent. Il aura un examen pratique en juillet. La rupture du travail l’inquiète un peu. Le formateur a donc décidé de prendre les devants en lui proposant de s'exercer au dépot. Chez Beaucolor, le responsable de l’entreprise souhaiterait lui aussi engager un apprenti, mais cela dépendra du contexte économique. 

Chez Migros, l'embauche d'apprentis continuera mais avec un processus de candidatures adapté. 

Beaucoup d'apprentis s’inquiètent pour la suite de leurs carrières. Des inquiétudes que partage Gilles Miserez, directeur général de l’Office pour l’orientation, la formation professionnelle et continue. S’il est inquiet pour la fin du cursus des apprentis qui terminent cette année, il s’inquiète également pour le nombre de places d’apprentissage disponibles l’année prochaine. En effet, beaucoup de petites entreprises sont aujourd’hui à l’arrêt et ne pourront se permettre d’engager un apprenti ou une apprentie à la rentrée. Pas question toutefois d’annoncer la fin de l’apprentissage en suisse: «Il faut qu’on relève collectivement nos manches pour trouver des solutions pour accompagner les entreprises et qu’elles puissent continuer à engager des apprentis. Car dans deux, trois ou quatre ans, ce seront des employés qui ne seront pas sur le marché.»

Un diplôme au rabais ?

Si beaucoup parlent d’un diplôme d’apprentissage « au rabais » pour ces apprentis qui n’auront pas d’examens théoriques, Gilles Miserez précise que les modalités d’examens sont simplement adaptées sur le plan fédéral mais que tous les apprentis seront évalués. «Il faut aussi relever que, traditionnellement, entre 90 et 95% des apprentis obtiennent leur titre sans beaucoup de problèmes», ajoute le directeur général de l’OFPC.

 

Léa Frischknecht 

News liées

Vidéos liées

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.