Léman Bleu

Actualités


24 août 2020 - 19h01

Inquiétude autour d'une potentielle mise en quarantaine des frontaliers

Et si la France était mise par la Confédération sur la liste des pays à risque, qu’adviendrait-il des 87'000 frontaliers qui entrent à Genève chaque jour? Dans le canton, l’inquiétude monte. Et les messages ambigus jettent le trouble.

Au bistrot du Lion d'Or de Carouge, une potentielle mise sur liste rouge de la France inquiète beaucoup le patron. Ici 8 travailleurs frontaliers officient dans le bistrot, soit 80 % des employés.

Dans le canton, ils sont plus de 87'000. Principalement dans le secteur de la santé et de l’action sociale ou ils sont près de 11’000, du commerce de détails, de la construction et de l'hôtellerie-restauration. 

 

Exemption pour les frontaliers

Alors Genève devra t elle fermer magasins, chantiers, restaurants et se passer de 20 % de ses actifs en cas de mise en quarantaine ? La réponse est non. Même si des propos de l’OFSP dans la presse  ont jeté le trouble. Sur la question des travailleurs frontaliers l’ordonnance Covid émise par le Conseil fédéral est claire : « Sont exemptées de la quarantaine visée à l’art. 2 les personnes (...) qui, pour des motifs professionnels ou médicaux impérieux sans possibilité d’ajournement, entrent en Suisse quotidiennement ou pour un maximum de 5 jours.»

Une mise en application complexe

Mais comment serait mise en oeuvre concrètement cette exemption pour les frontaliers et quelles complications impliquerait-elle dans les faits? Pour le moment le flou est total. A la Chambre de commerce et d’industrie, on se dit très attentif sur l’ application de ces exemption. Ce soir l’OFSP déclare étudier encore la situation. Alors que la France est passée aujourd’hui au dessus de la barre  fatidique des 60 cas 100 000 habitants. 

 

Delphine Palma 

 

 

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.