Léman Bleu

Actualités


18 novembre 2019 - 17h32

L'avenir de l'aéroport dans les urnes ce week-end

Le 24 novembre, les Genevois se prononceront sur un texte qui veut reprendre le contrôle de Cointrin pour promouvoir l’écologie. Lancée par un collectif de riverains, il suscite la crainte dans les milieux économiques.

Lutter contre les nuisances sonores, contre la pollution et la perte de valeur des terrains jouxtant l’aéroport, voici les principaux objectifs de l’initiative qui propose de soumettre régulièrement au Grand Conseil pour approbation un rapport sur les actions et objectifs de Cointrin.

Un non sens économique pour les opposants à cette initiative qui redoute une régression pour Genève.

Lancée par la CARPE, la Coordination régionale pour un aéroport urbain, respectueux de la population et de l'environnement, l'initiative entend permettre à l'Etat de Genève de maîtriser le développement de l'aéroport en tenant compte à la fois des intérêts économiques, de l'environnement et de la qualité de vie de la population riveraine, trop peu entendue lors des prises de décision.

Le contre-projet soutenu par le Conseil d’Etat reprend les principales préoccupations des riverains, mais avec un pouvoir de contrainte envers l’aéroport réduit. Le Conseil d’Etat ne veut pas prendre le risque de batailles partisanes pour le développement d’un organe qui permet d’assurer 4 milliards de retombées économiques pour la région.

Courbes de bruit, pollution, trafic en hausse, nombre de passagers en constante expansion, les initiants veulent pouvoir avoir leur mot à dire. De son côté, le contre-projet veut assurer un développement durable de l’aéroport en préservant le cadre de vie de ses habitants mais en assurant la prospérité du canton.

Gilles Miélot

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.