Léman Bleu

Actualités


05 mars 2021 - 19h10

«La mif», film genevois au cœur des foyers, récompensé à la Berlinale

Belle nouvelle pour le cinéma suisse: «La mif», comprenez famille en verlan, film de Fred Baillif, a remporté le prix du meilleur film dans la catégorie Génération 14+ à la Berlinale 2021. Avec une trame dans un foyer d’urgence pour adolescentes, le film du réalisateur genevois questionne, comme son nom l’indique, la notion même de famille. «Lors d’un placement, est-ce que le foyer remplace la famille? Quelles limites les professionnels ne doivent pas dépasser?», s’est interrogé le réalisateur. 

Et pour répondre à ces questions, Fred Baillif n’a pas eu besoin de faire des investigations approfondies. Avant de se lancer dans le cinéma, le réalisateur a travaillé longtemps dans le domaine du travail social, en milieu carcéral mais également en foyer. Alors Fred Baillif connait les questions qui se posent dans ce milieu qui lui est familier. «Avec ce film, on comprend que la société offre une protection à ces jeunes filles. Mais il faut aussi se demander si on ne devrait pas les aider à prendre confiance en elles, à remplir le vide affectif. Pour moi, c’est tout aussi important que la protection.»

Scénario sans dialogues

Dans «La mif», pas d’actrices professionnelles. Fred Baillif a travaillé avec des jeunes femmes elles-mêmes issues de foyers. «Elles m’ont fait confiance pour jouer un rôle de fiction très proches d’elles-mêmes. Et elles le font à merveille», sourit le réalisateur. Et pour que ces actrices non-professionnelles parlent «avec leurs trippes», Fred Baillif mise sur l’improvisation. Dans ses scénarios, donc, très peu de dialogues écrits par avance. «J’ai développé toute une méthode de direction d’acteurs non-professionnels que j’applique de films en films. Et j’ai l’impression que la méthode est arrivée à maturité car elle est reconnue internationalement», se réjouit l’ancien travailleur social. 

Après un tournage de seulement deux semaines, le film devrait paraître dans les cinémas à l’automne 2021. Et Fred Baillif, très fier de ses «actrices», espère que le film recevra le succès escompté. «Je demande au public de faire confiance au cinéma suisse comme j’ai fait confiance à ces jeunes filles avec ce projet», conclut-il. 

 

Léa Frischknecht

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.