Léman Bleu

Actualités


11 janvier 2021 - 20h20

Le procès de Beny Steinmetz s’est ouvert aujourd’hui

Ce lundi 11 janvier s’est ouvert un procès d’envergure international. Beny Steinmetz, homme d’affaire israélien qui a fait fortune dans les mines et le diamant, est jugé pour corruption et faux dans les titres. Concrètement, l’accusé aurait obtenu des droits miniers sur le gisement de fer de Simandou, en Guinée, grâce au versement de 8,5 millions de dollars à Mamadie Touré, quatrième épouse de l’ancien président guinéen Lansana Conté. Beny Steinmetz est également accusé d’avoir exécuté beaucoup de transactions à travers des sociétés écrans. Si les faits remontent aux années  2000, ils font l’objet d’une enquête à Genève depuis 2013 car, à l’époque, Beny Steinmetz faisait affaire et résidait dans le canton. 

«Si j’avais posé des questions, je ne serais pas là aujourd’hui» 

Présents au côtés de l’accusé qui plaide l’acquittement, deux partenaires d’affaire, dont une femme qui a été interrogée aujourd’hui pendant plus de quatre heures. Difficile toutefois de faire la lumière sur les interactions entre les sociétés dont elle était administratrice et le groupe BSGR, détenu par Beny Steinmetz. En effet, l’intéressée dit ne pas garder de souvenirs clairs des événements. Elle affirme toutefois qu’elle n’avait, à l’époque, aucun doute sur la nature des documents qu’elle signait, mais ajoute: «si j’avais posé des questions, je ne serais pas là aujourd’hui». 

Le procès est prévu sur cinq jour avec un enjeu de taille mercredi, lors de l’audition des témoins. La présence de Mamadie Touré, la guinéenne qui aurait empoché les pots de vin, reste encore incertaine puisque celle-ci réside désormais aux États-Unis. Le verdict, quant à lui, devrait être rendu d’ici deux semaines.

 

Léa Frischknecht

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.