Léman Bleu

Actualités


13 avril 2021 - 20h06

Le tribunal des mineurs croule sous les procédures

tribunal tribunal

Le procureur général du canton de Genève, Olivier Jornot, présentait l'activité des tribunaux en 2020 ce mardi 13 avril. Il est l'invité du journal.

À Genève, le tribunal des mineurs n'a jamais eu autant de nouvelles procédures à traiter qu'en 2020. « On a un doublement des procédures de délits de mineurs par rapport à 2016, donc c’est très préoccupant », explique Olivier Jornot. « Mais ce qui m’inquiète davantage, en réalité, c’est la problématique du nombre de procédures que chaque magistrat du tribunal des mineurs doit traiter. C’est une justice de coûts humains et si vous avez travaillé à la chaîne, vous n’arrivez plus à atteindre cet objectif. Nous allons devoir demander des renforts pour ce tribunal. » Olivier Jornot souhaite miser sur la médiation dans le cadre de ces procédures.

Pour expliquer cette augmentation, le magistrat a notamment évoqué ce mardi matin la problématique des MNA, ces personnes mineures non accompagnées, dépourvues de papiers d'identité. Depuis le début de 2020, et particulièrement à partir du mois de mai, ces MNA ont été impliqués dans des vols, des cambriolages ou même des brigandages. La difficulté, pour la justice, vient du fait que certains de ces jeunes se prétendent mineurs, alors que leur apparence physique laisse à penser le contraire. Pour déterminer leur âge, un travail considérable doit être mené, qui fait appel parfois à la coopération internationale, ces personnes ayant séjourné ailleurs en Europe.

Pas de paralysie prolongée

Concernant les chiffres de 2020, l'activité de l'appareil judiciaire a été fortement ralentie lors de la première vague d'épidémie de Covid-19, voilà tout juste une année. Il y a eu ensuite une certaine normalisation. L'institution judiciaire a pu affronter plus sereinement la deuxième vague de l'automne, sans être paralysée.

Le fonctionnement des juridictions a été modifié. Par exemple, des audiences ont été remplacées par des échanges écrits quand c'était possible, a précisé le procureur général.

 

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.