Léman Bleu

Actualités


01 mai 2018 - 13h21

Le vrac peine à s'imposer dans les grandes surfaces

Les épiceries vrac se multiplient à Genève. 27 magasins en proposent désormais. Même les fermes s’y mettent. Comme à Presinge, au domaine de l'Abbaye où les producteurs de céréales mettent directement en vente leurs produits.

Mais qu'en est-il dans les grandes enseignes ? 

La Coop précise qu’il est possible de venir avec son propre récipient, au rayon fromage, ou boucherie. Mais interdit les bocaux cassables. Elle propose également depuis novembre des petits sacs en cellulose pour les fruits et légumes.

Vrac à Balexert

A la Migros, 40% des fruits et légumes sont vendus sans emballages. Au rayon boucherie, chaque antenne migros décide s'il est possible ou non de venir avec son propre récipient. 

Depuis quelques mois, Balexert a lancé un test de vrac dans ses rayons, sur des graines et produits secs. La foule ne se presse pas mais ceux qui essayent ont l'air convaincus. 

Protéger le produit 

"Notre objectif est de voir si la demande est bien là, et s'il n'y a pas de perte de produits", explique le porte-parole de Migros Tristan Cerf. "Il faut avant tout penser à la protection du produit, l'emballage est là pour ça". 

Le chimiste cantonal Patrick Edder est partagé : "Il n'y a pas de manque d'hygiène ou de risque pour les produits secs, mais uniquement sur les produits frais comme le fromage ou la viande par exemple".

Une autre façon de consommer 

Pour la FRC Genève, le vrac constitue une opportunité pour des clients qui veulent de plus en plus réduire leurs emballages. "L'hygiène est une excuse, les magasins se servent des emballages pour mieux transporter les produits et les vendre avec de la publicité. Aujourd'hui les consommateurs veulent autre chose. Les grands magasins ont un créneau à prendre", signale le représentant genevois Rolin Wavre. 

Le consommateur fera t’il plier la grande distribution ? Encore faudrait-il qu’il le veuille. Les genevois produisent encore plus de 600 kg de déchets par an, dont moins de 50% est recyclé. 

 

Céline Argento 

 

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.