Léman Bleu

Actualités


18 septembre 2019 - 20h29

Saint-Julien ne veut pas payer l'école pour les frontaliers

Nos confrères du GHI le révèlent. Alors que les élèves frontaliers ne seront plus scolarisés à Genève, mais dans leur commune respectives, Les Mairies françaises protestent. Elles ne veulent pas assumer  les surcoûts de cette arrivée d’élèves supplémentaire. Invité du Journal, Antoine Vieillard, Maire de St-Julien, répond aux questions de Jérémy Seydoux: «C’est à Genève de payer l’école des élèves genevois dont les parents payent les impôts à Genève». La scolarisation de ces élèves représenterait une charge publique de 220 millions d’euros sur les dix prochaines années.

Quid de l'argent reversé par Genève à la France? «Il sert déjà à financer les charges publiques, et celles-ci viennent se rajouter». Antoine Vielliard annonce en primeur avoir saisi la Commission européeenne de cette affaire, après avoir écrit au Premier ministre Edouard Philippe en début de semaine.

Elio Sottas

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.