Léman Bleu

Actualités


08 mars 2021 - 17h16

Les anorexiques oubliés de la vaccination

Alors que la campagne de vaccination ne tourne toujours pas à plein régime, les patients qui souffrent de troubles alimentaires graves comme l’anorexie ne sont pas considérés comme prioritaires. Une aberration et un scandale pour la directrice de la clinique Belmont.

Dans ce centre de santé publique, spécialisé dans le traitement des addictions, les patients vivent en vase clos depuis le début de la pandémie. Visites limitées au stricte minimum, protocole sanitaire draconien pour éviter de contaminer des jeunes gens fragiles.

Les jeunes femmes qui souffrent d’anorexie sont particulièrement exposées à cause d’un système immunitaire atone. La clinique Belmont traite près de 500 patients, dont 80 anorexiques. Si la plupart sont soignés en ambulatoire, 12 patients particulièrement fragiles vivent ici en permanence. Certaines n’ont pas vu leur famille depuis des mois.

Des personnes vulnérables, mais qui ne sont pourtant par considérées comme prioritaires par l’OFSP. Le canton de Genève qui compte ses doses de vaccins s’en tient aux directives de Berne et ne veut pas faire des exceptions qui seraient selon lui ingérables.

Il faudra donc attendre encore un peu pour ces patients, qui ne peuvent pas non plus faire une demande individuelle, paradoxal alors que la clinique Belmont se situe juste au-dessus de ce centre de vaccination.

G.Miélot

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.