Léman Bleu

Actualités


10 février 2021 - 17h41

Les crèches asphyxiées par les mesures covid

Port du masque, interdiction de chanter, pas de livres, pas de jeux extérieurs, distance sociale, la vie des éducateurs en crèche est mise à rude épreuve à cause des mesures covid. Plusieurs d’entre elles ont conjointement écrit aux autorités pour demander un assouplissement des règles pour le bien-être des enfants.

Des arrivées étalées durant la matinée. Dans cette crèche carougeoise il y a encore quelques semaines les parents faisaient la queue et rentraient un par un avec leur enfant, même chose le soir pour les récupérer. Depuis la rentrée de septembre, les éducatrices portent le masque en permanence, et ne doivent plus chanter depuis décembre.

Désinfection rigoureuse des locaux et surtout du matériel éducatif comme les jouets que les enfants se partagent.

Si le lavage des mains est devenu une habitude, difficile en revanche de faire respecter les distances entre adultes et enfants au moment des soins, ou pour consoler un petit qui pleure. Quant à la distance entre enfants, elle est tout simplement impossible.

Le port du masque a été la première mesure imposée à la fin de l’été, elle n’est pas sans conséquence sur le développement des nourrissons.

Des contraintes de plus en plus coercitive qui ont poussé les cadres de la petite enfance à écrire une lettre à l’organe de surveillance de l’accueil de jour pour faire part de leurs difficultés et de la crainte de l’absentéisme.

Des doléances restées pour l’heure lettre morte, les décisions sanitaires sont du ressort du conseil fédéral, les marges de manoeuvre sont étroites.

Une étude récente publiée dans The Lancet montre que le risque de contamination en crèche est très faible. Il est beaucoup plus important au sein de la cellule familiale.

G.Miélot

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.