Léman Bleu

Actualités


07 mars 2021 - 11h33

Les résultats des votations de ce 7 mars

NON au projet Clé de Rive 

www

63,28% des habitants de la ville de Genève ont dit NON au projet Clé de Rive.

Ce fût une campagne acharnée entre les pro et anti projet. L’aboutissement, après douze ans de discussions. Finalement, le quartier de Rive ne changera pas de visage.

 

Le projet consistait en la construction d’un parking souterrain de 498 places pour compenser la suppression de 500 places en surface et la piétonisation de 13 artères dans le quartier de Rive. Il s’agissait également d’assainir le réseau d’eau. 

En novembre 2019, le projet porté par la droite avait été accepté au Conseil Municipal, par 40 voix pour, 34 contre et 1 abstention.

Pour les opposants, la construction d’un parking était tout bonnement un projet du siècle passé. Avec le risque d’attirer plus de voitures au centre alors que d’autres parkings aux abords ne sont pas pleins actuellement.

OUI aux 15 millions pour les démunis du Covid 

wcwc

Les Genevois ont validé à 68,72% la loi sur l’indemnisation pour perte de revenus suite au Covid. 

Le fond de 15 millions de francs s’adresse à ceux qui n’ont pas pu bénéficier des aides de l’Etat classiques suite à la crise économique induite par le Covid. Il s’agit par exemple des personnes ayant cotisé moins d’un an à l’assurance chômage, des étudiants à activité ponctuelle ou travailleurs du sexe ainsi que ceux qui ne peuvent avoir de prestations faute de titre de séjour valable.

La loi avait été acceptée au Grand Conseil en juin 2020, avant d’être contestée par le MCG et l’UDC par référendum. Ils y voyaient une indemnisation poussant au travail illégal. Dans cette campagne de votation, le PLR avait rejoint les rangs du NON.

Pour Caroline Marti, cheffe de groupe PS, « cette loi prévoyait de couvrir l’ensemble des travailleurs, dont ceux qui ne pouvaient pas prétendre aux aides. C’était absolument essentiel de ne pas laisser tomber ces personnes. C’est une aide qui est absolument bienvenue et essentielle aujourd’hui. » Ce qui n'est pas du goût d'André Pfeffer, député UDC : « Si quelqu’un est dans la précarité, la constitution genevoise lui permet d’avoir l’assistance sociale. »

Les Genevois disent NON aux trois objets fédéraux

cqcq

Genève opposée à l’initiative pour l'interdiction de se dissimuler le visage, à 51,16%. 

Le texte veut interdire de se dissimuler le visage en public, sauf exception pour les sites religieux, raisons sanitaires ou conditions météorologiques spéciales. Mais pas d’exception pour les touristes étrangers. Opposé à l’initiative, le parlement a prévu un contre-projet, prévoyant une obligation de montrer son visage en cas de contrôle pour identification. Le texte va aussi dans le sens de mesures pour l’égalité des sexes et l’intégration des femmes musulmanes. Si l'initiative ne passe pas, le contre projet est validé.

Au niveau fédéral, la tendance est au OUI à l'interdiction de se dissimuler le visage.

69,33% de NON à l'E-ID pour les Genevois

Pour faire simple, la loi doit permettre de simplifier les accès à des centaines de services en ligne, avec un identifiant et un seul mot de passe. Le tout passerait par l’e-ID, une sécurisation des données reconnue par la Confédération avec une mise en oeuvre par les fournisseurs. Pour le comité référendaire, pas question de donner accès à des données personnelles aux opérateurs privés. 

Le NON est prononcé à Genève. À midi ce dimanche, la tendance était aussi au NON au niveau suisse, à 64%.

Les Genevois disent NON au traité avec l'Indonésie à 59,67%

L’accord a pour but de faciliter les échanges commerciaux avec les pays d’Asie du sud-est. Avec pour enjeux majeurs, la suppression de droits de douane sur les produits exportés de Suisse (montres, fromages, etc). Les droits de douane sur les produits industriels indonésiens sont supprimés en retour. 

Le traité est contesté, notamment du fait de l’huile de palme. Pour le comité référendaire, cette huile bon marché concurrencerait les huiles suisses. D’autre part, les opposants ne voient aucune possibilité de respecter les critères de durabilité promis.

Au niveau suisse, le OUI est en tête.

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.