Léman Bleu

Actualités


02 mars 2018 - 21h11

Luc Barthassat passe son Épreuve cantonale

Durant 35 minutes, Luc Barthassat a défendu son bilan. Bouchons, mobilité douce, traversée du lac, Léman Express, Grand Genève ou encore les rapports tumultueux que le canton entetient avec la Confédération, les dossiers sont nombreux. Extraits choisis. 

>> Émission intégrale

Les bouchons

Genève est la ville la plus bouchonnée de Suisse en matière de circulation routière. Des zones comme les Acacias, la Rade ou encore la Rive droite demeurent congestionnées. Une fatalité? «Nous avons réduit les bouchons de 1800 heures», se targue Luc Barthassat, expliquant les calculs fournis «par un système informatique qui nous calcule ça, avec des puces, ce sont les nouvelles technologies». Des avancées en matière de feux de signalisation sont également attendues.

La traversée du lac

«Nous tenons le calendrier, les travaux commenceront en 2025 pour se finir en 2030». Le projet n’est toutefois pas à l’agenda de la Confédération, qui serait amenée à financer ce projet devisé à plusieurs milliards: «Nous sommes en discussions, ça avance», promet Luc Barthassat. Reste que la Confédération seule, voire le canton ne suffiront pas. Un partenariat public-privé est envisagé, de même que l’argent actuellement versé au CEVA. «Dès 2019, nous ne verserons plus les 100 millions annuels pour la construction du CEVA, nous les mettrons dans la traversée du lac», explique le ministre.

Le CEVA, et maintenant?

Le CEVA devrait être inauguré, sauf surprise, en 2019. «J’espère pouvoir le faire, si le peuple me fait confiance», se réjouit Luc Barthassat. Néanmoins, le financement de son exploitation reste un mystère. Va-t-il impacter l’argent dévolu aux TPG? «Tout le monde est au courant et est prêt à assumer ces charges. Le CEVA, ce sont 50’000 utilisateurs potentiels qui auront tout à gagner à prendre le Léman Express». Selon lui, les tickets permettront de financer l’exploitation.

Rapports tumultueux avec la Confédération

Le couperet est tombé en début d’année. La Confédération ne financera pas à la hauteur des attentes genevoises les projets d’agglomération de la région. «Pas mûrs, mal ficelés» avait expliqué Doris Leuthard, conseillère fédérale en charge des transports. «Le retard pris ces dernières années ne nous a pas permis d’avoir des avant-projets prêts», concède Luc Barthassat, en rejetant toute responsabilité. Il explique que les discussions avec Berne sont toujours en cours et espère un financement des projets tel que souhaité au départ.

"Mes services ont été künzlerisés"

Durant tout l’entretien, Luc Barthassat n’a pas manqué d’attaquer ses prédécesseurs, les Verts Michèle Künzler et Robert Cramer. Il dit avoir repris un département «künzlerisé» qui va aujourd’hui «beaucoup mieux».

Le Trump genevois ?

L'homme aux mille idées par jour est parfois comparé à Donald Trump dans certains médias: "C'est la Tribune!" argue-t-il. "Entre elle et moi, il y a la barrière de Ruetschi", rappelle-t-il en référence à celui qui gère ce journal local.

 

Jérémy Seydoux

News liées

Vidéos liées

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.