Léman Bleu

Actualités


23 septembre 2020 - 18h32

Moins de places de parking pour les fonctionnaires ?

Déposé par 28 députés PLR, UDC  et MCG, le projet modifierait la loi sur la mobilité. Sur les quelques 5000 places de stationnement mises à dispositions des collaborateurs à Genève, 80% viendrait à être supprimées sur 4 ans. Les services de secours, eux, ne sont pas concernés.  

Pas de rancœur envers l’Etat à lire entre les lignes, mais une volonté de cohérence pour l’auteur du texte. "C'est un devoir d'exemplarité, l'Etat ne peut exiger des privés qu'ils privilégient la mobilité douce et voient leurs places de stationnement sucrées, s'il n'applique pas cette mesure à lui-même" explique le député Yvan Zweifel (PLR).

Un bon projet, avec des modalités à revoir

La socialiste Caroline Marti estime que le projet va dans le bon sens. À deux exception près : elle souhaiterait que les entreprises soient aussi concernées par cet objectif, et que la mobilité douce soit reine. "Le projet mentionne encore la compensation des places pour voitures contre des places pour cycles et motocycles. Or les deux roues motorisés ne sont pas non plus une alternative durable", précise-t-elle.

Du côté du cartel intersyndical, l’idée est accueillie avec prudence. "Oui l'Etat doit être exemplaire, dit Olivier Baud, membre du bureau. Mais cela ressemble plus à une mesurette". 

Et à l’Etat, le conseiller d’Etat en charge de la mobilité est presque agréablement surpris par la démarche. Serge dal Busco dit adhérer à l'idée générale du projet, "à condition de revoir quelques points".

Le projet va être renvoyé en commission des transport et devrait être traité prochainement, 

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.