Léman Bleu

Actualités


01 février 2021 - 19h28

«Objectif mars»: Thierry Apothéloz veut le retour de la culture

Vendredi, le Grand Conseil a voté une motion demandant la reprise des milieux culturels en commençant par des projets pilotes sous surveillance médicale. Le conseiller d’état en charge de la culture, Thierry Apothéloz, a conscience de la souffrance des milieux culturels et souhaite faire passer un message clair: «Il faut que la culture puisse ré-ouvrir, celle-ci n’est pas un agent pathogène.»  Avec ses collègues romands, Thierry Apothéloz affirme chercher toutes les solutions pour ré-ouvrir le secteur culturel dès le 1er mars. 

Objectif 1er mars

Un mois donc, pour les cantons romands, pour trouver de nouvelles pistes. «On n’est pas obligé de tout ré-ouvrir au 1er mars, précise Thierry Apothéloz, mais on peut imaginer un échelonnement de l’ouverture.» Dans cette optique, le conseiller d’état genevois a créé un groupe de travail nommé «Objectif mars» pour trouver des propositions concrètes d’ouverture à soumettre aux cantons romands ainsi qu’à Berne. Parmi les idées qui commencent à fleurir, une ré-ouverture des musées mais également un retour des cinémas avec 4 sièges vides entre chaque spectateurs. «Avec les milieux concernés, nous pouvons imaginer des plans pour construire enfin la ré-ouverture des milieux culturels.»

Persuadé de l’importance de la culture à Genève et, surtout en période difficile de pandémie, Thierry Apothéloz espère trouver des moyens de permettre des offres culturelles aux Genevois. Des lieux originaux sont envisagés, à l’image de spectacles dans les bus par exemple, mais également un travail sur les horaires. «On peut imaginer des moments de la vie culturelle à 17h plutôt qu’à 20h30 pour éviter de faire ressortir les gens après le travail.» Le conseiller d’état se réjouit que la culture ne soit pas oubliée par les autorités. «À Genève, ce sont 32 millions qui ont été accordés de manière rapide entre le canton et la Confédération.»

Pas de «placard doré»

Suite aux révélations concernant le départ du directeur de l’Office présidé par Thierry Apothéloz à la suite d’une crise interne, le conseiller d’état a choisi d’offrir un poste au sein de son état-major. Pas question de parler de placard doré, selon Thierry Apothéloz. «Nous sommes un tout petit département au sein duquel chacun a une place. J’ai des projets que le périmètre de mon personnel ne me permet pas de conduire et une force supplémentaire est utile pour Genève.» Le conseiller d’état précise, au passage, cette notion de «dossier transversaux» dont sera en charge son nouveau secrétaire général adjoint. Il cite par exemple la question du climat qui est souvent traité de manière inter-départementale. 

 

Léa Frischknecht 

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.