Léman Bleu

Actualités


20 février 2020 - 18h37

On n'abat pas plus d'arbres qu'avant selon les chiffres de l'Etat

35'818. En 6 ans, c'est le nombre total d'arbres sacrifiés dans le canton de Genève. Les chiffres, issus  des demande d'abattages officiels ont été publiés cette semaine. La tendance est stable. 

5584 arbres en 2014. 5565 en 2019. Les chiffres publiés par le Département du Territoire cette semaine sont sans équivoque. Ces 6 dernières années, le nombre d’abattages d’arbres dans le canton est stable. Il oscille autour de 6000 arbres abattus.

Des chiffres qui créent la surprise, l’année 2019, ayant été marquée par une mobilisation populaire en faveur des arbres. Selon ces chiffres, les coupes l'année dernière sont même en léger recul par rapport à la moyenne des années précédentes.

Autre enseignement significatif de ces chiffres: les autorisations de construire ne constituent pas la raison principale de ces abattages. Sur 6 ans: les coupes liées à des projets de construction concernent 38 % des cas. 

Le reste des abattages est lié à des problèmes de santé, de dangerosité des arbres ou de simple gestion du patrimoine arboré. Cela concerne  62 % des coupes. 

En 2019,  on constate même une augmentation significative du nombre d’abattage lié à des questions de santé des arbres. + 30 % par rapport à la moyenne des autres années. En cause selon l'Etat: le réchauffement global et les sécheresses estivales à répétition.

Des conditions climatiques qui font penser que les abattages pour  sécheresse vont se poursuivre en 2020. Pour les abattages liés aux constructions l’Etat se veut rassurant: le gel sur la dentisication en zone villa, et le nombre plus faible de demande d'abattage devraient porter leurs fruits ces prochains mois.

Delphine Palma

 

 

 

 

«Ils ont l’air très bien ces chiffres, mais ils cachent certaines réalités»

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.