Léman Bleu

Actualités


06 novembre 2020 - 18h05

Ouverts, les commerces vaudois deviennent prisés des Genevois

A quelques kilomètres, voire même à quelques mètres seulement de Genève, les commerces non-essentiels et les instituts de soins sont ouverts. Car contrairement à Genève ou à la France voisine, Vaud n’a pas imposé leur fermeture. Mais contre toute attente, l’afflux de clients semble pour le moment stable, sauf chez les coiffeurs et instituts de beauté.

Comme d’habitude, Laurent Sapin, directeur de Manor Chavannes, vérifie l’afflux de personnes dans son magasin au centre commercial de Chavannes (VD). Et ce vendredi matin, la situation est plutôt calme. «C’est plus ou moins similaire à un vendredi normal», commente-t-il.  

Une fréquentation des magasins légèrement en hausse

Pourtant, Chavannes est à sept minutes seulement du canton de Genève et à cinq minutes de la France, là où les commerces non-essentiels sont fermés. Ici, la fréquentation a augmenté de 12% environ en début de semaine, mais pas d’afflux massif. «Nous n’avons jamais dépassé le seuil des 80% de nos capacités», explique Laurent Sapin.  

Même constat dans tout le centre commercial, où les grandes enseignes, fermées chez les voisins, affichent ici ouvert. «Nous pouvons considérer qu’il s’agit d’un bon vendredi, mais rien de très anormal», constate David Vieira, directeur du centre commercial de Chavannes.  

Les Genevois confient leurs cheveux aux Vaudois

Dans le centre, ce qui a attiré les voisins, c’est l’institut de beauté et le coiffeur. «Des clients Genevois bien sûr, mais aussi des clients Vaudois qui ont eu peur de la fermeture.»

Et c’est pareil sur toute la côte vaudoise: les coiffeurs sont pris d’assaut. Dans le salon L’Arcade, à Coppet, tout proche de Genève, le téléphone n’a pas cessé de sonner depuis lundi. «Il y a même des moments où on ne pouvait pas s’occuper des clients pendant dix minutes tellement nous devions répondre aux appels», raconte Cécile Jaccard, gérante du salon.  

Elle a vu son nombre de clients presque tripler. Exceptionnel pour un mois de novembre. «Nous voudrions pouvoir accueillir tout le monde, mais avec les normes de sécurité sanitaire, on doit espacer les clients, c’est donc difficile.» 

«C’est injuste pour les Genevois»

Mais même si Cécile Jaccard espère compenser un peu le semi-confinement de ce printemps, elle a surtout une pensée pour ses confrères genevois. «C’est injuste. Oui, nous pouvons y voir un bénéfice, mais en tant qu’indépendante, j’ai surtout une pensée solidaire.» 

Reste à savoir si, ce weekend, les magasins vaudois seront eux aussi pris d’assaut. A Chavannes, on se dit prêt. «Nous sommes sereins, et toutes les normes de sécurité sanitaire sont mises en place pour accueillir du monde», assure David Vieira, directeur du centre.    

Pour rappel, la fermeture des commerces non-essentiels à Genève a été annoncée jusqu’au 29 novembre.

Lea Job 

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.