Léman Bleu

Actualités


20 juin 2016 - 11h29

Pierre Maudet, côté humain

Grand invité du Geneva Show, le conseiller d’État PLR s’est confié sur le quotidien de sa fonction. À 38 ans, Pierre Maudet a réalisé un parcours politique brillant. Maire de Genève puis rapidement conseiller d’État; en 2013, il est le ministre le mieux élu. Un sans faute. Nombreux sont ceux, d'ailleurs, qui lui prédisent un destin fédéral. On connaissait Pierre Maudet figure d’autorité, à la fois patron de la sécurité et de l’économie du canton. Rarement, pourtant, l’image d’un Pierre Maudet époux et père aimant ne ressort de ses apparitions publiques. L’instant d’un entretien, l'homme politique accepte de briser sa carapace. Portrait inédit.

Ses instants de famille

Père de trois enfants, Pierre Maudet confie être différent à la maison que dans le champ public. Sensible, il lui arrive de partager des moments d’émotion en famille. «La politique et les fonctions d’autorité obligent à jouer un certain rôle», explique-t-il. Passionné de langues, il mêle parfois l’utile à l’agréable pendant les vacances. Ainsi, c’est pour parfaire l’anglais de Pierre que les Maudet se sont rendus l’an dernier en Irlande. Des cours le matin, des moments de famille l’après-midi. Père tortionnaire? «On me l’a un peu reproché. Cette année nous irons plus au sud.»

Je connais pire que les syndicats de police en matière de négociation. Ce sont mes enfants. »

«Je pense d’abord à eux»

L’attention dont il fait l’objet régulièrement l’oblige à protéger les siens de répercussions négatives liées à sa fonction. «Ce n’est pas toujours facile de gérer une vilaine manchette. Les enfants peuvent être très cruels entre eux. Je pense d’abord à eux.» Les gens qui l’abordent «tous les trois mètres», critiques comme dithyrambiques, sont aussi source d’agacement pour ses proches.

Ça peut parfois soûler l’entourage»

Fan de «House of Cards»

Amateur de séries, le conseiller d’État explique ne pas s’inspirer pour autant des méthodes du très cynique Frank Underwood, héro de la série House of Cards, prêt à tout pour gravir les marches du pouvoir. «Je ne pense pas que la politique ressemble à cela en Suisse». Pierre Maudet confie surtout admirer le jeu de l’acteur principal, Kevin Spacey, qu’il a eu la chance de rencontrer à Davos.

Jamais un président américain ne s’était rendu au Forum de Davos. Il s’amusait donc d’être le premier président en exercice à s’y rendre.»

Jérémy Seydoux
@JeremySeydoux