Léman Bleu

Actualités


31 mars 2020 - 18h29

Quel est notre degré d'immunité contre le COVID-19?

Nous l’avions révélé la semaine dernière. Aujourd'hui, le HUG on rendu la nouvelle officelle: les HUG lancent des test de sérologie. Cette vaste recherche permettra d’évaluer la quantité de personnes infectées au COVID-19 dans la population mais aussi chez le personnel soignant. 

Comme une vaccination naturelle 

Techniquement, les tests de sérologie consisteront en une vaste série de prises de sang qui sera analysée au laboratoire de virologie des HUG. Il s’agira de mesurer l’immunité généré par le corps humain contre le COVID-19. Le Professeur responsable du service de contrôle et de prévention de l'infection des HUG explique en grand pédagogue: "Le but est de mesurer les anti-corps que nous avons développé suite à une infection ou après un contact avec le virus. C'est extrêmement important car quand on a des anti-corps ensuite on se défend contre le virus. C'est comme une vaccination naturelle."   

L'objectif vise à estimer le nombre de soignants infectés 

Cette recherche sera menée sur deux groupes. Le premier est composé de membres du personnel soignants plus ou moins exposé au virus. "on va pouvoir estimer le nombre de soignants qui ont été infectés par le virus. Ils seront ainsi protégés contre le la maladie générée par le Coronavirus", explique le Professeur Laurent Kaiser, Chef du service des maladies infectieuses des HUG.   

1000 personnes également testées.

Dès vendredi à la consultation d’épidémiologie populationnelle de la rue Jean violette, 1000 personnes ayant déjà participé à l’étude bus santé seront testées. En réalisant une analyse sur un échantillon représentatif de la population genevoise, les HUG pourrons mesurer quelle proportion de la population a déjà été exposée au nouveau coronavirus.

Si 90% de la population a été infectée, le virus ne reviendra pas.

"On va savoir si on a 5, 10, 15, 30% de la population qui a été infectée, énumère le professeur Kaiser. Et de poursuivre: C'est très important car si 90% de la population a été infectée par le virus, ce dernier ne va pas revenir. En revanche, si seulement 20 à 30% l'on l'a été, le Coronavirus pourra frapper de nouveau."

Cette recherche expérimentale sera dirigée jusqu’au 30 juin. Elle permettre d’obtenir une radiographie précise de la maladie sur l’ensemble du territoire suisse. Elle Donnera également les clés du prochain déconfinement de la population ou d’une une potentielle seconde vague du virus.  

Denis Palma

 

Les explications du Professeur Didier Pittet

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.