Léman Bleu

Actualités


19 février 2021 - 16h21

Une pause-café avec la petite reine

Boire son café tout en bichonnant sa petite reine. Tête de Course, c’est un concept de café-vélo ouvert à Nyon en début d’année. Si la crise sanitaire oblige l’équipe à réduire son service côté cuisine, tous en gardent sous la pédale. Ici, la passion du bicycle est reine.

Derrière son comptoir, Kevin est en fin de service. Il prépare déjà les cuisines pour le lendemain. Pâtissier de formation et gérant de sa propre boulangerie à Gland, il a rejoint l’aventure de Tête de Course, un café qui a ouvert en pleine pandémie. «C’est vrai que nous partons avec une jambe cassée. Mais cela nous permet aussi de commencer plus doucement, par des mets à l’emporter, et cela nous laisse le temps d’ajuster les détails», positive Kevin Naegeli, manager et gérant du café.

Le vélo comme point commun

Mais l’ouverture en plein Covid n’est pas la seule particularité des lieux. Car ici, une multitude de détails les trahissent ; tous les membres du staff sont des férus de vélo. Et si le café n’est pas réservé aux cyclistes, la petite reine y est souveraine. A côté des tables, l’atelier. Ici, Gauthier soigne et bichonne les vélos. Il faut dire que le jeune homme de 25 ans en a sous la pédale. «J’ai toujours fait de la compétition. Ma vie se résume avec beaucoup de vélo. C’est une vraie passion», raconte Gauthier Héraud, le responsable de l’atelier.   

«Ce n’est pas que de la décoration, c’est un art de vivre» 

Le concept de ce café vélo est né dans la tête de Philipp Kneubuehler. Petit à petit, il s’est entouré d’une fine équipe de passionnés pour ouvrir Tête de Course. «C’était l’envie de créer un univers cycliste et de garder une trame toujours axée autour du vélo, mais pas uniquement de la décoration, c’est aussi un art de vivre», explique-t-il. «Ce qui m’a donné l’envie de venir, c’est qu’on est tous des passionnés et nous savons de quoi nous parlons», ajoute Gauthier Héraud.

Pour l’heure, le lieu ne propose qu’une partie de ses services, faute à la crise sanitaire. Mais l’équipe ne descendra pas du vélo, avant d’arriver au bout de la course.  

Lea Job

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.