Léman Bleu

Actualités


20 mai 2020 - 23h49

Une relaxe et jusqu'à 8 ans de prison pour les agresseurs des 5 femmes

Après plus de trois heures de délibérations, le verdict est tombé. Les cinq hommes ayant tabassés cinq jeunes femmes à la sortie d'une boîte de nuit il y a bientôt deux ans ont été condamnés à des peines allant de 4 à 8 ans de prison. Seul l'un d'entre eux a bénéficié d'une relaxe.

Parmi les cinq prévenus, Al* (qui comparaissait libre jusqu'à présent) est condamné à 4 ans d’emprisonnement avec sursis. N* écope lui aussi de 4 ans d’emprisonnement, mais avec maintient en détention. 

Ab* est condamné à 5 ans d’emprisonnement avec maintien en détention. Aussi, Ah*, qui encourait la plus lourde peine (20ans d'emprisonnement maximum vu son état de récidive légale, 13ans requis par le procueur) est finalement condamné à 8 ans, avec maintien en détention. 

Contre toute attente, le dernier prévenu, Do*, est relaxé. Le tribunal a ainsi choisi de ne pas s'aligner avec le réquisitoire du procureur. 

Soulagement et satisfaction

L'avocat de qutre des victimes, Me Robert Assaël s'est dit soulagé de ce verdict. "Les contradictions dans les déclarations des témoins étaient inévitables, tant la scène s'est déroulée vite et dans le noir. Ces contradictions ont été mises en évidence par la Défense. Je suis néanmoins soulagé aue le Tribunal n'ait pas eu de doute sur la culpabilité de ces personnes" explique-t-il. 

Me Laurent Pascal, l'avocat de Ah*, qui a été sanctionné de la plus lourde peine, se dit quant à lui satifait: "Il a été puni mais la sanction est juste, dit-il, mon client risquait bien plus à cause de son état de récidive. Je suis cependant déçu que le tribunal ait retenu cette récidive sachant que les faits en questions remontaient à 2015"

Ce mercredi était le deuxième et dernier jour de procès à Thônon-les-Bains. À la barre du Tribunal correctionnel, cinq hommes âgés de 22 à 25 ans. Ils comparaissaient pour violences volontaires aggravées sur cinq jeunes femmes. Coups de poings, de pieds, de béquilles... les faits s'étaient déroulés au petit matin du 8 août 2018, à la sortie de la boîte de nuit "Le Petit Palace", en vieille ville de Genève.

 

*Identité connue de la rédation

Julie Zaugg

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.