Léman Bleu

Actualités


11 mai 2020 - 18h05

Une rentrée un peu spéciale pour les élèves genevois

Après deux mois d’école à la maison, les enfants ont retrouvé le préau. Ce matin, l’heure était aux retrouvailles mais à distance de deux mètres. Nous avons passé la matinée avec les 7P de l’école d’Athenaz. Si les élèves sont heureux de revoir leur maîtresse, ils renouent plus difficilement avec les mathématiques.

Huit heures ce matin, la classe de Laurence Pessina Papis semble être restée figée dans le temps pendant deux mois. «Mon calendrier a plusieurs semaines de retard», remarque l’enseignante. Sur le tableau, elle prépare déjé son cours qui commencera dans quelques minutes.  

Rappel des bons gestes

Petit à petit, la salle reprend vie au rythme de l’arrivée des enfants. «Lavez-vous bien les mains avant de rentrer», rappelle Laurence Pessina Papis.  Cette matinée, ils sont dix… Mais aucune absence, tous les élèves attendus sont présents. Distanciation sociale oblige, la classe a été divisée en deux.

Avant de commencer son cours, Laurence rappelle les principales mesures sanitaires, dont le lavage des mains. «Il faut faire comme ça», explique Sara en mimant le bon geste. Au sol, devant l’enseignante, du scotch délimite des zones autour du pupitre. «C’est aussi pour moi, sinon je sais que j’aurais envie de m’approcher des élèves par réflexe.» Car la distance des deux mètres est plus que jamais de mise.  

Pendant le confinement, ils ont eu des cours par visioconférence, mais Laurence se réjouissait de revoir ses élèves. «Ce n’est jamais pareil. Derrière un écran, c’est difficile de se rendre compte de qui a de la peine.»

Les maths sont de retour

Après avoir longtemps discuté du semi-confinement, l’heure est à la récréation. Par petit groupe toujours et avec les distances de sécurité. Retour en classe, les choses sérieuses reprennent avec les mathématiques, qui ont un accueil mitigé. Cet après-midi, ce sera au tour du deuxième groupe de venir en classe.

Lea Job

«Je ne suis pas inquiet.» Invité du journal, le médecin cantonal Jacques-André Romand s’exprime sur la réouverture des écoles. Il revient également sur toute cette période de crise sanitaire. «La folie médiatique ne nous a pas aidés» explique-il.

News liées

Vidéos liées

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.