Élections 2023

La gauche radicale part avec deux listes aux élections cantonales

30.11.2022 18h00 Lucie Hainaut

Union Populaire Union Populaire

Une formation de plus rejoint la course aux élections cantonales: la liste d’Union Populaire. Elle est constituée de membres élus d’Ensemble à Gauche, de syndicats et de personnes actives dans l’associatif genevois. La gauche de la gauche se retrouve donc avec deux listes différentes: une situation compliquée pour espérer atteindre le quorum. 

La Liste d’Union Populaire se présente comme la liste de la gauche combative, avec un slogan: «Une autre vie est possible». Elle est portée par deux candidats au Conseil d’État: Stéfanie Prezioso et Jean Burgermeister. La formation avance 10 revendications dont la défense des salaires, ou des loyers abordables. «Les 10 points ont une caractéristique commune: c’est qu’ils sont totalement faisables immédiatement avec une volonté politique claire. Que ce soit la gratuité des crèches, l’abonnement TPG à 100 francs, ou une subvention réelle pour la culture » explique Stéfanie Prezioso.

Une deuxième liste pour la gauche de la gauche

La gauche radicale a une première liste de candidats, avec Ensemble à Gauche. La Liste d’Union Populaire est elle constituée d’élus d’Ensemble à Gauche justement: Ils ont tourné le dos au parti Solidarités. Mais avec le quorum à 7%, avoir deux listes pour la gauche de la gauche risque de diviser les voix des électeurs, et les faire échouer toutes les deux. Pour autant, l’Union Populaire se défend de diviser les forces.

«nous voulons aller parler directement aux classes populaires»

Si le groupe a créé sa propre liste, c’est parce qu’il ne se reconnaît plus dans le fonctionnement d’Ensemble à Gauche: «Au lieu de perdre trop de temps à se mettre d’accord entre dirigeants de petites organisations, nous voulons aller parler directement aux classes populaires du canton, et les rassembler derrière un projet politique commun. Et cela je pense doit nous permettre d’atteindre le quorum» explique Jean Burgermeister. La formation présente une liste de 53 personnes candidates au Grand Conseil. Elles sont âgées de 24 à 78 ans.