Élections 2023

L'UDC lance sa campagne et mise sur le pouvoir d'achat

05.12.2022 18h13 Martin Esposito

UDC UDC

Le parti présentait ce matin sa longue liste pour le Grand Conseil: 95 candidats. Son programme se veut à l’opposé de l’action du Conseil d’État, notamment sur la mobilité.

Céline Amaudruz ne mâche pas ses mots contre le Conseil d’État, parlant de «législature catastrophique». Au secrétariat de l’UDC ce lundi matin, la vice-présidente du parti annonce l’investiture de 95 candidats au Grand Conseil, en plus du ticket Andersen-Dugerdil pour le Conseil d’État.

Le parti, qui avait atteint 7,32% en 2018, espère faire aussi bien en 2023. Sa campagne sera axée autour du pouvoir d’achat: réduction d’impôt, réforme de la fonction publique, sans oublier les initiatives sur une baisse l’impôt sur les véhicules et sur la suppression l’impôt sur le lieu de travail.

Sécurité, mobilité et loisirs

Sur les 95 candidats, 9 sont députés sortants, dont l’ex-indépendant Guy Mettant. On retrouve également l’ancien conseiller national Charles Poncet. La liste se veut représentative du canton, entre professions libérales et agriculteurs. Le plus jeune candidat a 20 ans. Michael Andersen, tout juste trentenaire, veut faire de sa jeunesse un argument: «Genève se meurt gentiment. Je pense que l’on a besoin d’une jeunesse pour réanimer tout cela (…) Cela me semble essentiel.»

Autre thème abordé, en plus de la sécurité, la mobilité. «Il faut que le centre-ville se dégorge. On essaye d’empêcher les voitures de rouler pour décourager les automobilistes, mais on voit que cela ne fonctionne pas, cela ne fait que saturer Genève» défend de son côté Lionel Dugerdil.

Tout comme les affiches de campagne, la composition de la liste n’est pas définitive: Céline Amaudruz espère atteindre les 100 candidats dans les semaines suivantes. Et n’exclut pas, avec Yves Niddeger, d’être présente au second tour de l’élection au Conseil d’État.