Culture

Deux jours de fête pour les 40 ans de Fri-Son à Fribourg

24.09.2023 10h03

Deux jours de fête pour les 40 ans de Fri-Son à Fribourg

Emilie Zoé est venue jouer son album Hello Future Me dans le cadre des festivités marquant les 40 ans de Fri-Son (archives).

Photo: KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

Fri-Son a connu le point d'orgue des festivités marquant les 40 ans de la mythique salle de concerts de Fribourg. Le haut lieu de la culture alternative a organisé vendredi et samedi un festival intitulé 'Viertante Quarzig', avec une programmation 100% suisse.

Les organisateurs ont invité des artistes des deux côtés de la Sarine afin d'offrir une fête variée tant sur le plan des styles musicaux que des langues, avaient-ils indiqué en préambule de la manifestation. La programmation comprenait 23 concerts et trois performances sur trois scènes. Les enfants ont eu la leur propre.

L’entrée était par ailleurs libre 'pour que tout le monde puisse vivre l’événement'. Vendredi, les spectateurs ont pu écouter Andrina Bollinger, la Zurichoise qui a inscrit son art entre le jazz et la pop. Le projet Berceuses a lui apaisé les cœurs avec ses airs chantés à huit voix osant même l’araméen et le japonais.

Avec le Belluard Bollwerk

Samedi, la programmation de la salle de la route de la Fonderie a vu défiler les punks fribourgeois de Crème solaire et Emilie Zoé, venue jouer son album 'Hello Future Me' avec la violoncelliste Sara Oswald. Le rock était aussi présent avec Monument ainsi que l’afro-pop, grâce à Siselabonga, jettant des ponts entre l’homme et la machine.

Enfin, en collaboration avec le festival des arts vivants Belluard Bollwerk, qui a lui aussi soufflé 40 bougies cette année, au début de l'été, trois performeurs ont présenté leur solo de bachelor en danse de la manufacture: Alina Arshi a montré 'Entepfuhl', Jamila Baioia a proposé 'bsa7a' et Robinson Filomé Starck a dansé 'Abysse'.

Manque de lieux dédiés

Au-delà, l'histoire de Fri-Son s'inscrit dans celle de la plupart des lieux alternatifs de Suisse romande. La salle fribourgeoise est née en 1983 dans le contexte du manque d'espaces culturels autogérés par des jeunes. Le lieu se définit en particulier par un certain état d'esprit, un état d'esprit qui dure depuis décennies.

'Etant donné les moyens financiers, ce n'était pas le salaire qu'on gagnait qui motivait les gens à être là', a expliqué il y a quelques jours Pablo Niederberger au journal télévisé de la RTS. 'On s'est d'abord fait connaître avec les soirées rock, punk et new wave', a détaillé l'ancien programmateur de Fri-Son.

De futures légendes

'Même si les groupes étaient peu connus, on savait qu'il y aurait 200 à 300 personnes à chaque fois qui viendraient de Berne', a encore confié Pablo Niederberger. Au fur et à mesure des années, la programmation musicale s'est élargie et le club fribourgeois peut se vanter aujourd'hui d'avoir invité des futures légendes musicales.

Parmi elles, on peut mentionner Nirvana, The Young Gods, IAM, Cat Power, Sophie Hunger, Kae Tempest ou encore Motörhead. Aux yeux de l'ancien programmateur de Fri-Son, enfin, 'l'équipe était motivée par le plaisir. Et quand c'est comme ça tu fais tout pour que ça dure'.

/ATS