Économie

Les relations Chine-Australie « sur la bonne voie », selon Li Qiang

17.06.2024 06h18

Les relations Chine-Australie "sur la bonne voie", selon Li Qiang

Le Premier ministre chinois Li Qiang (second à partir de la gauche) est en visite à Canberra en Australie.

Photo: KEYSTONE/EPA/MICK TSIKAS

Les relations entre la Chine et l'Australie sont 'sur la bonne voie', a déclaré le Premier ministre Li Qiang lundi à Canberra, lors d'une visite placée sous le signe de l'apaisement des différends économiques entre les deux pays.

Plus haut responsable chinois à se rendre en Australie depuis 2017, M. Li s'est entretenu avec son homologue Anthony Albanese à l'issue d'une cérémonie de bienvenue au Parlement.

'En moins d'un an, M. Albanese et moi-même nous sommes rencontrés à de multiples reprises et avons effectué des visites dans nos pays respectifs', a déclaré M. Li à l'issue de leur rencontre.

'Cela montre que nos pays attachent une grande importance à nos relations et que celles-ci sont sur la bonne voie, celle d'une amélioration et d'un développement constants', a souligné le Premier ministre.

La visite de M. Li suit la levée par Pékin de la plupart des barrières commerciales aux exportations australiennes, notamment le charbon, le bois, l'orge et le vin.

La Chine et l'Australie étaient ces dernières années à couteaux tirés, en particulier depuis une demande australienne d'enquête en 2020 sur l'origine de la pandémie de Covid-19, que Pékin estimait politique, et la décision de Canberra d'exclure l'équipementier Huawei de son réseau 5G.

La Chine avait alors relevé ses taxes sur nombre de produits australiens, en particulier le vin, le boeuf et l'orge. La plupart de ces surtaxes ont été levées à la faveur d'un réchauffement des relations entre Pékin et Canberra depuis l'arrivée des travaillistes au pouvoir en 2022.

Bien que les relations commerciales soient meilleures, l'Australie s'inquiète des efforts déployés par la Chine pour accroître son influence, notamment militaire, dans le Pacifique Sud.

M. Li a affirmé avoir eu avec M. Albanese un 'échange de vues franc sur certaines différences et certains désaccords'. Le Premier ministre australien avait auparavant souligné l'importance d'un 'dialogue franc'.

/ATS