International

Avancée historique de la gauche aux législatives colombiennes

14.03.2022 05h04

La gauche gagne les législatives à deux mois de la présidentielle

Le parti pacte historique a obtenu les meilleurs résultats du progressisme dans l'histoire de la république de Colombie, selon son chef Gustavo Petro.

Photo: KEYSTONE/EPA/Carlos Ortega

L'opposant de gauche Gustavo Petro est sorti grand vainqueur des élections de dimanche en Colombie. Il a obtenu des résultats historiques aux législatives face à la droite au pouvoir, tout en gagnant largement l'investiture de son camp à la présidentielle du 29 mai.

Au terme d'une journée de vote dans le calme et 'la transparence' selon l'autorité électorale, la coalition de gauche du 'pacte historique' obtient 17 sièges au Sénat sur 102, devançant toutes les autres formations traditionnelles, selon des résultats officiels partiels.

A la chambre basse, la coalition de gauche rafle 25 sièges de députés sur 165, en seconde position derrière le parti libéral (32), mais au coude-à-coude avec les conservateurs et avec le plus grand nombre de votes, selon ces mêmes résultats.

'Aux portes' du pouvoir

Le 'centre démocratique', parti de droite du président sortant Ivan Duque, qui avait obtenu lors des dernières législatives de 2018 le plus grand nombre de voix au Sénat, subit un lourd revers. Il arrive cette fois en cinquième position et à la quatrième place à la chambre des députés.

'Le pacte historique a obtenu les meilleurs résultats du progressisme dans l'histoire de la république de Colombie', s'est félicité dans la soirée son chef Gustavo Petro. 'Nous sommes sur le point de remporter la présidence dès le premier tour', a-t-il assuré, sous les acclamations de ses partisans.

Près de 39 millions d'électeurs étaient appelés à renouveler pour quatre ans les 296 membres du Sénat et de la chambre basse, un Parlement sortant contrôlé par une droite au pouvoir à bout de souffle, traditionnel fief des baronnies régionales à l'image considérablement ternie par des affaires de corruption.

Primaires à la présidentielle

Les Colombiens avaient aussi la possibilité de prendre part aux primaires des principaux partis pour choisir les candidats à la présidentielle du 29 mai, à laquelle le président sortant, le conservateur Ivan Duque, ne peut se représenter. Il s'agissait de désigner, au choix, le candidat d'une des trois coalitions de centre-droit, de centre-gauche ou de gauche.

Ces primaires, parfois qualifiées de premier tour avant l'heure, ont en fait monopolisé l'essentiel des débats de la campagne. Comme attendu, Gustavo Petro, en tête de tous les sondages ces derniers mois, s'est imposé avec environ 80,5% des voix à la tête de son 'pacte historique'.

Il a devancé Francia Marquez, qui a fait cependant un résultat remarqué (15%) et a été, avec son discours féministe, environnementaliste et anti-raciste, la révélation de ces élections, de l'avis de beaucoup de commentateurs.

Ex-guérillero reconverti au 'progressisme' social-démocrate, M. Petro affrontera le 29 mai l'ancien maire de Medellin Federico Gutierrez, qui représentera la coalition de centre-droit ('Equipe pour Colombie'), et l'ex-gouverneur du puissant département d'Antoquia Sergio Fajardo pour la coalition de centre-gauche 'centre espérance'.

'Soif énorme de changement'

D'autres candidats sont déjà en course, dont Oscar Zuluaga pour le 'centre démocratique', qui ne décolle pas dans les intentions de vote, l'indépendant Rodolfo Hernandez et l'ex-otage Franco-Colombienne Ingrid Betancourt. Tous trois se sont abstenus de se présenter aux primaires et concourent sous les couleurs de leur propre parti.

'A partir de demain commence le premier tour de la présidentielle', a prévenu M. Petro. Il a promis 'de défendre un programme en faveur de la vie' et 'pour changer la Colombie'. Dans un pays d'Amérique latine historiquement gouverné par la droite, son accession au pouvoir serait un séisme politique.

De son côté, M. Gutierrez, l'un des plus farouches opposants de M. Petro, a appelé à 'la protection de notre démocratie et à la protection de nos libertés' contre 'les populismes', tandis que M. Fajardo a repris le slogan de la lutte 'contre la corruption', un thème brandi par presque tous les candidats.

'Il est évident qu'il y a une soif énorme de changement' aujourd'hui en Colombie, a analysé Jorge Restrepo, professeur à l'université de la Javeriana. 'Si la gauche est gagnante', les centristes ne sont pas parvenus à rompre l'habituelle polarisation du pays, et surtout 'la droite est la grande perdante, le centre démocratique payant les conséquences de l'impopularité du gouvernement sortant', selon M. Restrepo.

/ATS