International

Le Hamas affirme avoir libéré deux otages à Gaza

20.10.2023 19h04

Les deux otages libérés à Gaza sont arrivés à Israël

Judith Raanan et sa fille Natalie, 18 ans, à droite, sont les deux premiers otages libérés par le Hamas.

Photo: KEYSTONE/AP

Le gouvernement israélien a annoncé vendredi soir que les deux otages américaines dont le Hamas avait annoncé la libération plus tôt dans la journée étaient bien arrivées en Israël.

Le bureau du premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a indiqué dans un communiqué que les deux femmes, Judith Tai Raanan et Natalie Shoshana Raanan, 'ont été libérées des mains de l'organisation terroriste Hamas' et se 'dirigent vers un point de rendez-vous, dans une base militaire du centre du pays, où les attendent les membres de leur famille'.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a indiqué avoir 'transporté les otages de Gaza vers Israël' et a salué ces premières libérations comme une 'lueur d'espoir'.

'Nous sommes extrêmement soulagés qu'elles puissent retrouver leur famille après deux semaines d'agonie', a déclaré le CICR dans un communiqué.

Les deux femmes avaient été kidnappées le 7 octobre alors qu'elles se trouvaient en visite au kibboutz (village agricole collectiviste) Nahal Oz.

Il s'agit de la première libération d'otages confirmée par les deux parties. Selon la Maison blanche, Joe Biden est 'au comble de la joie' après cette libération d'otages.

Qatar et CICR

Le porte-parole militaire du mouvement islamiste a affirmé dans un communiqué que les deux otages avaient été libérées 'pour des raisons humanitaires, à la suite d'une médiation du Qatar'.

A Doha, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères qatari, Majid Al-Ansari, a confirmé que 'deux otages civiles américaines ont été libérées par le Hamas et remis à la Croix-Rouge dans la bande de Gaza'.

'L'avancée d'aujourd'hui intervient après plusieurs jours de communication continue entre toutes les parties impliquées. Nous poursuivrons notre dialogue avec les Israéliens et le Hamas, et nous espérons que ces efforts conduiront à la libération de tous les otages civils de toutes les nationalités, dans le but ultime de désamorcer la crise actuelle et de rétablir la paix', a-t-il ajouté.

Selon le porte-parole militaire du Hamas, la libération des deux otages vise aussi 'à prouver au peuple américain et au monde entier que les allégations faites par (Joe) Biden et son administration fasciste (au sujet du Hamas) sont sans fondement'.

'Le Hamas est en train de clamer à la face du monde qu'il a relâché les otages pour des raisons humanitaires, mais on parle d'une organisation terroriste qui retient en ce moment même des bébés, des enfants et des personnes âgées', a répondu Daniel Hagari, porte-parole de l'armée israélienne.

L'armée n'a confirmé aucun passage d'aide humanitaire en échange de ces libérations.

CICR prêt

'Le CICR continue d'appeler à la libération immédiate de tous les otages. Nous sommes prêts à rendre visite aux otages restants et à faciliter toute libération future' en cas d'accord entre les parties, a indiqué Mme Spoljaric Egger.

'Il est urgent de multiplier ce type d'actions humanitaires afin que davantage de familles puissent être réunies. De nombreuses personnes attendent toujours désespérément des nouvelles de leurs êtres chers', a-t-elle ajouté.

La patronne du CICR rappelle que les otages doivent être autorisés, pendant leur captivité, à recevoir une assistance humanitaire et des soins médicaux : 'Ils doivent avoir la possibilité de contacter leurs familles. Les familles séparées de leurs proches endurent des souffrances, peu importe le côté où ils se trouvent'.

'Notre engagement à aider les personnes enlevées, détenues ou disparues est inébranlable', a-t-elle conclu.

Le CICR est présent en Israël et dans les territoires occupés depuis 1967. L'organisation mène notamment des visites dans les centres de détention israéliens et palestiniens.

Quelque 200 otages israéliens, et étrangers ou binationaux ont été enlevés en Israël et emmenés à Gaza par les combattants du Hamas lors de l'attaque sans précédent du 7 octobre, qui a déclenché une guerre, Israël pilonnant depuis la bande de Gaza pour 'anéantir' le mouvement islamiste.

/ATS