Suisse

En prison pour une amende impayée, le militant climatique est libre

10.02.2024 09h59

En prison pour une amende impayée, le militant climatique est libre

Nikoko, le militant de Renovate Switzerland, qui avait été incarcéré à Orbe pour avoir refusé de payer une amende liée à une action climatique, est libre.

Photo: KEYSTONE/CYRIL ZINGARO

Le militant de Renovate Switzerland, incarcéré depuis deux mois à Orbe (VD) pour avoir refusé de payer une amende liée à une action climatique, a été libéré samedi matin. Une quinzaine de personnes l'ont accueilli à sa sortie de prison.

Cet activiste, qui se fait surnommer Nikoko, avait filmé en 2021 à Lausanne une opération de collage du rapport du GIEC sur les murs du Château Saint-Maire, siège du gouvernement vaudois.

Il avait été sanctionné par le Ministère public, écopant d'une amende de 1800 francs et de 200 francs de frais de procédure. Il n'avait pas fait opposition à cette condamnation, puis refusé de payer l'amende. Raison pour laquelle il avait été envoyé en prison avec une peine ferme de deux mois. Il l'a purgée dans une maison de 'basse sécurité', à la Colonie ouverte des Etablissements de la plaine de l'Orbe.

Selon Renovate Switzerland, dont il est l'un des cofondateurs, c'est la première fois en Suisse qu'un militant climatique a fait de la prison pour une action de désobéissance civile. De son côté, Nikoko avait évoqué 'un acte militant', une façon de dénoncer, selon lui, l'inaction des autorités politiques en matière de lutte contre le réchauffement climatique.

Samedi, le militant a remis ça. Avec une dizaine de sympathisants de Renovate Switzerland, il est retourné coller le rapport du GIEC sur la façade du Grand Conseil. 'Maintenant, je suis libre et je n'ai plus d'excuse pour ne pas agir', a-t-il déclaré, cité dans le communiqué diffusé en soirée. Il estime ainsi faire avancer la démocratie.

/ATS