Suisse

Réaménagements routiers acceptés par le corps électoral

12.03.2023 15h09

Réaménagements routiers acceptés par le corps électoral

Le contournement à Aarwangen (BE) va passer à travers les champs.

Photo: KEYSTONE/ANTHONY ANEX

Les Bernois ont accepté à une courte majorité deux crédits de construction pour le réseau routier de la partie alémanique du canton pour environ 400 millions. Ces objets étaient contestés par une alliance de partis et d'organisations de protection de la nature.

Pour les autorités cantonales, le réaménagement des réseaux routiers d'Aarwangen et de Berthoud-Oberburg-Hasle permettra de réduire les embouteillages et augmentera la sécurité dans les communes qui seront délestées du trafic de transit. Le crédit de construction de 97,8 millions a été accepté à 51,7%.

Second objet routier, le réaménagement du réseau Berthoud- Oberburg-Hasle comporte au total 19 mesures pour améliorer la situation des usagers et de la population. Le crédit de 314 millions a été adopté à 56,9%. La participation s'est élevée dimanche à 30,4%.

Arguments des opposants

Le comité référendaire, formé d'organisations de protection de l'environnement et de partis, estimait que ces aménagements du réseau routier allaient attirer plus de véhicules et porter atteinte à la biodiversité. Il précisait que construire des routes constitue un pas en arrière par rapport aux objectifs climatiques.

Les opposants avaient aussi avancé des raisons financières pour justifier leur refus de ces projets, considérant que la situation des finances cantonales allait encore se détériorer. Durant la campagne, des agriculteurs ont eux dénoncé la perte de terres cultivables.

Modifications de la Constitution

Les deux autres objets, soumis au vote dimanche, n'étaient eux pas contestés et n'ont fait l'objet d'aucune campagne. Les citoyens ont approuvé à 73,4% la modification de la Constitution portant sur un assouplissement des règles d'incompatibilité pour les membres du Grand Conseil.

Dans le canton de Berne, la Constitution interdit au personnel de l'administration cantonale de siéger au Parlement. Ces règles d'incompatibilité sont restrictives en comparaison intercantonale. Dans des cas justifiés, le Parlement sera désormais habilité à prévoir dans la loi des exceptions.

Le second objet, adopté à 82,5%, permettra d'ancrer dans la Constitution le statut et les compétences des autorités judiciaires comme le sont ceux des autres pouvoirs de l'Etat. Cette modification renforce l'indépendance institutionnelle de la justice et sa position au sein des structures étatiques.

/ATS