Léman Bleu

Actualités


23 juillet 2021 - 18h16

Delphine Bachmann lassée des «déchirements» sur la vaccination

Jeudi sur les réseaux sociaux, la députée et infirmière de formation Delphine Bachmann disait ne plus en pouvoir du «déchirement autour de la question de la vaccination»

«Ce débat autour de la liberté individuelle par rapport à la responsabilité collective est intéressant, mais il est en train de déborder et cela peut être dangereux.» C'est en ces termes que la députée Delphine Bachmann s'est exprimée sur notre plateau au sujet de la vaccination.

Aucun vaccin obligatoire en Suisse

Hier, l'association suisse des infirmières dont elle est membre s'est prononcée contre l'obligation pour les soignants. Delphine Bachmann se joint à cette position: «En Suisse aucun vaccin n’est obligatoire pour personne, donc cette question de la vaccination obligatoire, j’y suis opposée». Pour certains, le fait pour un soignant de ne pas se faire vacciner est une aberration, tant ce métier est celui du don de soi. Pour Delphine Bahmann, «on peut soigner tout en ayant des convictions individuelles qui sont celles de souhaiter attendre ou être prudent. Les collègues qui ne souhaitent pas le faire ne doivent pas être blâmés, on risquerait de se priver de précieuses ressources». 

Non au badge «vacciné»

L'idée d'un badge «vacciné», mis sur la table, a été refusée par l'association suisse des infirmières. Même position pour la députée: «Comparé à la grippe, on fait face à des attitudes qui peuvent être irrationnelles. La stigmatisation de ces soignants pourrait apporter de l’agressivité de la part des patients. Chaque soignant au quotidien prend déjà des mesures d'hygiène importantes. Cette responsabilité, ils l’ont. Ils l’auront pour le coronavirus qu’ils soient vaccinés ou non.» 

Autre enjeu, celui du dégoût de la profession pour certains soignants. Si le débat sur la vaccination ne semble pas être déterminant pour un choix de carrière selon Delphine Bachmann, il faut être attentifs: «On sait que la durée de vie dans le métier d’infirmier est déjà faible. Ils ont été mis sous pression par la crise. Désormais, c’est avec cette question de la vaccination. Je suis inquiète de voir certains soignants quitter le métier. Peut-être que ce débat sur la vaccination serait un déclencheur, je ne l’espère pas.» 

 

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.