Léman Bleu

Actualités


01 septembre 2020 - 20h55

Faut-il accepter la loi modifiant la LaLCR ?

Les Eaux-Vives ont été aujourd’hui le théâtre d’une action symbolique organisée par le TCS et ses partenaires. Le comité référendaire appelle à voter NON le 27 septembre prochain à la loi sur la circulation routière. Actuellement, les places supprimées en surface doivent être entièrement compensées en sous-sol ; la nouvelle loi permettrait d’assouplir cette règle. Objectif premier : favoriser la mobilité douce. Que penser de cette modification de la LaLCR ? Débat ce soir entre Yves Gerber, directeur du TCS Genève et Caroline Marti, vice-présidente de l’association transports et environnement.

«On veut mettre en place des solutions pour pallier aux problèmes d’aujourd’hui, mais on anticipe pas ceux de demain» explique Yves Gerber. S’il comprend cette volonté de valoriser la mobilité douce, il tient à ne pas oublier les enjeux futurs : «L’Etat de Genève prévoit de faire 1300 bornes de recharge qui vont être posées en surface pour permettre aux locataires de venir brancher leur voiture électrique. On les mettra où si, sur une rue entière, on a supprimé toutes les places ?»

«On voit qu’aujourd’hui on a un centre-ville complètement saturé, il est temps justement pour prévoir l’avenir d’opérer des choix» répond Caroline Marti. Un centre-ville imaginé pour favoriser les transports publics et la mobilité douce avec «quelques pénétrances pour les automobilistes qui ont besoin de venir au centre-ville », voilà ce que demande la députée genevoise.

Elio Sottas

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.