Archives

Les pirates pourraient aborder la cité de Calvin

03.09.2021 18h49 Rédaction

image

Les pirates informatiques qui ont récemment volés les données confidentielles de plus de 5000 citoyens de la commune de Rolle contre une rançon se disent à l’avenir prêt à attaquer d’autres communes. La ville de Genève ainsi que les communes du bout du lac sont-elles armées pour résister à ce type d’attaque ? 

C’est une affaire qui a fait les gros titres de la presse romande : le plus grand piratage de données publiques en Suisse. En juillet dernier, la commune de Rolle dans le canton de Vaud s’est fait subtiliser les adresses, numéros de tel, religion, numéros AVS de plus de 5000 de ses citoyens. Cette technique de hacking, on l’appelle le rançongiciel dans le milieu. Nicolas Vernaz, expert en cyber sécurité le connait bien. 

La commune a refusé de céder au chantage 

A Genève, La protection du système informatique de 44 communes genevoises est gérée par le service intercommunal d’informatique de l’ACG. Son dispositif informatique, qualifié de sophistiqué par le service, protège-t-il de manière efficace les données de ces citoyens ? Contactée, La coopérative n’a pas souhaité répondre à cette question face caméra. Elle nous a répondu par mail. « Nous estimons être préparés à toute éventualité, mais nous sommes en toute modestie, pas à l’abri de toute attaque ». De son côté, la ville de Genève possède son propre dispositif articulé autour de 350 logiciels. Chaque année, la plus grande commune du canton bloque 460 virus sur ses 4200 ordinateurs, nous indique l’administration. Les technologies de protection qu’elle utilise sont multiples. Chaque année, les cyber-attaques génèrent en Suisse près de 9,5 milliards de francs. Dès 2022, une nouvelle disposition légale obligera les collectivités publiques et privées à annoncer officiellement le public des attaques dont ils ont été la cible.