Léman Bleu

Actualités


15 juin 2021 - 16h36

Les riverains du sommet oscillent entre résignation et enthousiasme

A J-1 du sommet Biden-Poutine, comment les riverains et commerçants vivent-ils les contraintes liées à la tenue de cette réunion internationale ? Denis Palma est allé à leur rencontre aux Eaux-Vives ainsi qu’au quai Gustave Addor. 

A deux pas du jet d’eau, cette dernière journée avant une fermeture totale demain a plutôt bien commencé pour ce glacier. « Il n’y a pas eu, pour le moment, de choc sur l’affluence ni sur le chiffre d’affaire, explique le barman Brad Mondet.» 

A l’arrière du quai Gustave Addor, ce restaurateur restera ouvert demain. Il compte bien en profiter pour faire le plein de clients. "Tout le quartier des Eaux-Vives est très populaire donc même avec les restrictions de circulation, on attend beaucoup de monde. D'autant plus avec le match entre la Suisse et l'Italie demain", s'exclame Salvatore Cassella le gérant du restaurant Lagondola. 

A la rue de Montchoisy aux Eaux-Vives, les habitants s’accommodent des restrictions de circulation dans leur quartier. Mais pour Marco la recommandation de télé travail formulée le Conseil d’État va trop loin. "On a ouvert la porte à un certain nombre de liberté qui vont être légitimée soit par le précédent du Covid soit par des impératifs sécuritaires", s'insurge cet habitant du quartier. 

Aujourd’hui déjà, les clients sont moins nombreux affirme cet épicier, un dommage minime estime-il au regard des futures répercussions médiatiques sur l’image de Genève dans le monde. "Il y a des millards de personnes qui vont voir Genève à la télévision, et le parc La grange qui sera mondialement connu dès demain", s'enthousiasme Harun Ashanti.  

A l’angle du quai Gustave Addor, le Touring club suisse a été obligé de fermer ces bureaux. "A cause des restrictions nous ne pouvons pas recevoir nos membres à notre réception donc nous fermons. Et certaines séances initialement prévues, nous les remplaçons par les visioconférences ou nous changeons de site", explique le directeur du TCS Genève Yves Gerber.    

Dès ce soir, beaucoup d’habitants et de professionnels de la rade feront comme le TCS. Ils fermeront leurs portes à double tour pendant 24 h.

Denis Palma 

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.