Léman Bleu

Actualités


12 avril 2021 - 17h38

Réouvertures: la pression sur Berne s'accentue

Prochaine échéance en termes de mesures sanitaires, le 19 avril. Des réouvertures pourraient être envisagées sous réserve d’une situation épidémiologique plus favorable. Berne s’exprimera mercredi. Depuis quelques jours la pression redouble sur le Conseil Fédéral. Tant du côté économique que politique. 

L’UDC passe à l’offensive. Dans une vidéo publiée hier sur Twitter, le président de l’UDC Marco Chiesa fait pression sur le PLR pour obtenir des assouplissements dans la crise du Covid-19. "Nous attendons des conseillers fédéraux PLR qu'ils adoptent enfin une politique raisonnable le 14 avril et remettent en question le leadership d'Alain berset en matière de santé", explique l'élu dans sa vidéo. Et de rajouter que "cet alignement constant sur la gauche pourrait coûter cher au PLR lors des élections fédérales", en faisant référence au siège PLR sous la coupole.

Des propos qui ont valu une réponse brève mais cinglante du côté PLR. "Un cours de civisme en ce dimanche: ce n'est pas l'UDC qui décide de ce qu'est une politque de droite". 

Appels, incitations et critiques

Deux mois après l’appel aux restaurateurs de l’UDC Roger Köppel, la température monte dangereusement dans la droite de l’échiquier politique. Et dans le monde économique aussi le ton se fait plus acerbe. Dans une conférence de presse organisée en ligne ce matin, L'Union Suisse des Arts et Métiers (USAM) se veut claire et directe. Elle exige la fin immédiate du lockdown, donc du confinement, qu’il soit absolu ou partiel. 

Dans sa conférence de presse, l’organisation faitieres des PME suisses a aussi critiqué la gestion, qualifiée d’absurde, et le rôle "discutable" de la Task Force scientifique covid. La semaine passée encore, son président Martin Ackermann enjoignait la population à tenir encore deux à trois mois supplémentaires. Selon lui, «Il faudrait que 50% de chaque groupe de la population soit vacciné pour que la situation se détende vraiment». 

Qu’elle émane des lobbies économiques ou du monde politique, la pression sur Berne est bien présente. Les annonces de ce mercredi quant à un potentiel assouplissement sont attendues de pied ferme.  

 

Julie Zaugg

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.