Léman Bleu

Actualités


03 mai 2021 - 15h16

Sans brassage, le fond du lac est menacé d'asphyxie

Le Léman est à priori en bonne santé. Mais à quelques centaines de mètres en dessous, tout n’est pas aussi simple. Le brassage complet du lac ne s’est à nouveau pas fait cet hiver. C'es la neuvième année consécutive. De quoi mettre en danger la vie aquatique.

L’Institut de recherche agronomique, l’Inrae, effectue les analyses pour vérifier la santé du Léman. Des prélèvements et contrôles sont effectués à l’endroit le plus profond du lac, à 309m entre Evian et Lausanne. «Nous prenons des échantillons à différentes couches du lac, et réalisons des analyses en direct avec notre sonde. Nous vérifions 23 paramètres physico-chimiques» explique Viet Tram Khac, ingénieur. 

Hausse de la température 

La santé du lac dépend en partie du brassage hivernal. Pour comprendre, il faut rappeler que l’eau de surface, chargée en oxygène, est plus chaude l’été, et donc plus légère. En hiver, la température en surface diminue fortement. L'eau va donc tomber et se mélanger au fond. C’est le fameux brassage. La CIPEL, commission internationale pour la surveillance des eaux du Léman, surveille le lac. Pour être en bonne santé, ce dernier doit subir un brassage complet régulier. Qui commence à se faire rare. «Nous n'avons pas eu de brassage complet depuis 2012. Cette année, le brassage s'est fait à 145m, au lieu de 309m. Le risque est de voir la température du fonc augmenter, de 0,1 degré par année» rappelle Frédéric Soulignac, collaborateur scientifique à la CIPEL. 

Asphyxie 

Le réchauffement climatique est en partie responsable. Sans brassage, le lac risque l'asphyxie dans les profondeurs, dangereux pour les organismes vivants. Autre problème, un risque de libération du phosphore et la prolifération des algues potentiellement toxiques en surface. Pour Frédéric Soulignac, nous pouvons avoir notre part dans la santé du lac: «Le phosphore vient des engrais, des stations d'épuration, de l'industrie. Nous pouvons agir là dessus». 

Une piste, donc, pour garder un lac en bonne santé, en surface, comme en profondeur.

Céline Argento 

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.